La ligne 4 perce vers la banlieue

Mickaël Bosredon

— 

Les équipes de forage ont vu le jour hier au niveau de la station de Montrouge.
Les équipes de forage ont vu le jour hier au niveau de la station de Montrouge. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le prolongement de la ligne 4 du métro à Montrouge (Hauts-de-Seine) commence à voir le jour. Hier, le tunnel creusé depuis le terminus actuel de la ligne, Porte d'Orléans, a été connecté au chantier de la future station de Mairie de Montrouge, 700 mètres plus loin. Un événement « hautement symbolique » selon Pierre Mongin, président de la RATP, « pour cette ligne qui célèbre cette année ses 100 ans ». Traversant Paris du Nord au Sud, elle franchit pour la première fois le périphérique.
L'ouverture au public est prévue pour la fin de l'année 2012. Avec six mois de retard. La RATP a en effet du gérer un tassement des terrains au-dessus des carrières, dans lesquelles le tunnel a été percé. Mais le principal, assure le chef de projet Bernard Housieau, est que « le passage sous le périphérique, qui s'est effectué à moins de cinq mètres de la surface, s'est passé sans encombre. »
Ce prolongement devrait faire gonfler le trafic de la ligne 4, deuxième ligne la plus fréquentée du réseau RATP, de 40 000 voyageurs par jour. Mais la RATP ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Pierre Mongin a profité de la présence de la ministre de l'Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet pour évoquer la suite du prolongement vers Bagneux. « Je souhaite que l'on n'interrompe pas ce chantier, notamment pour éviter des surcoûts. Décision qui relève de la région Ile-de-France et de l'Etat. »
L'arrivée à Bagneux pourrait se faire pour 2018. La ligne 4, la seule à être connectée à toutes les lignes de métro, au réseau RER, et au tramway T3, pourrait alors connaître une interconnexion de plus : celle avec le futur métro automatique du Grand Paris.