La régularité reste une promesse

Alexandre Sulzer et Magali Gruet

— 

L'année 2010 s'annonce mauvaise pour la régularité des transports en commun franciliens. Un document mis en ligne la semaine dernière sur le site Internet du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) prouve que le nombre réel de métros en circulation aux heures de pointe par rapport au service commandé a chuté lors du premier semestre en comparaison avec 2009. Ainsi, seules les lignes 10, 11 et 14 (automatique) ont atteint leurs objectifs contractuels.

Les mauvais élèves se redressent, les bons plongent
Les lignes 12 et 13 en restent loin, même si elles sont les seules, avec la ligne 11, à enregistrer une amélioration par rapport au premier semestre 2009. En ce qui concerne les RER, le résultat est proche. Les indicateurs qui mesurent le pourcentage de voyageurs arrivant à l'heure ou avec un retard de moins de 5 minutes à leur gare de destination sont au rouge. Aucune ligne n'atteint son objectif. Pas même la E, qui était le bon élève en 2009. Le RER B est le seul à enregistrer une amélioration (81,5 % de trains à l'heure contre 77,4 % l'année précédente), mais reste très en deçà de son objectif (94 %).
Du côté des Transiliens, aucune ligne n'atteint son objectif contractuel, et seuls les réseaux Paris Nord-Ouest (H), Paris Saint-Lazare (J) et Paris Nord-Crépy (K) s'améliorent. Seuls les tramways semblent fiables et affichent un taux de régularité de près de 100 %. Autre point noir de l'étude : dans la catégorie « qualité de service », c'est l'indisponibilité des ascenseurs qui est montrée du doigt sur la plupart des lignes et réseaux. Leur entretien ne serait correct que dans le métro. La disponibilité des valideurs (lecteurs de tickets et de cartes) est, elle, très bien notée partout.