La ville de paris met la nuit à l'ordre du jour

Anthony nataf

— 

Ville, région, préfecture et acteurs de la nuit ont réfléchi ensemble à des solutions.
Ville, région, préfecture et acteurs de la nuit ont réfléchi ensemble à des solutions. — T. SAMSON / 20 MINUTES

« Le but était de mettre la nuit à l'ordre du jour et de renouer le dialogue sur les frictions que provoquent les nuits parisiennes », expliquait Mao Peninou, adjoint (PS) au maire de Paris, chargé du bureau des Temps, à l'issue des premiers Etats généraux de la nuit, organisés par la Mairie de Paris, de vendredi à samedi dernier. « C'est la première fois que l'on communique sur la nuit de façon positive », s'est réjoui Bruno Blanckaert, président la chambre syndicale des cabarets artistiques et discothèques. Si la problématique de la cohabitation entre les citadins qui sortent le soir et ceux qui rêvent de nuits calmes a été centrale, ces états généraux ne s'y sont pas cantonnés

Recherche de nouveaux espaces
La question des déplacements est forcément apparue comme un thème essentiel. La région Ile-de-France, partenaire de ces états généraux, a annoncé la création de deux nouvelles lignes de Noctiliens, sans préciser leur parcours. Les lignes existantes devraient aussi être renforcées avec un objectif d'un Noctilien par demi-heure. Pour améliorer la mobilité nocturne, la mairie mise aussi sur le lancement d'Autolib dans un an, avec ses 1 000 stations à Paris et en petite couronne. La préfecture de police a aussi annoncé son souhait d'accorder de nouvelles licences de taxi couplées à une prise de service obligatoire la nuit. Outre les questions du travail nocturne ou de la discrimination, la recherche de nouveaux espaces est un thème qui s'est détaché. De nouveaux aménagements des berges de la Seine sont en concertation. « Nous voulons rendre piétonne la partie des quais de Seine rive Gauche, entre le musée d'Orsay et le Pont de l'Alma, et y organiser des lieux de nuits, car il n'y a pas de riverains autour », a précisé Mao Peninou. L'ouverture la nuit de certains jardins publics sera également étudiée. Nul ne sait dans quelle mesure les idées proposées seront suivies d'effets. Les acteurs ont promis de se rencontrer désormais deux fois par an pour aborder ces questions, et une exposition aura lieu en novembre 2011 au pavillon de l'Arsenal (4e).

le métro toute la nuit, une utopie

« La nuit sert aux opérations de maintenance sur la signalisation ou les infrastructures. 4 h, ou 3 h le week end, c'est déjà court pour les chantiers. A New York, où le métro fonctionne toute la nuit, on s'apperçoit qu'ils ferment fréquemment leur réseau sur des week-end, pour mener ces opérations. C'est un choix », explique Isabelle Bellanger, directrice adjointe de l'agence de Paris à la RATP.