« le travail de nuit isole »

recueilli par A.N.

— 

T. SAMSON / 20 MINUTES

Muriel Bellivier
Psychologue du travail.
Quelles sont les principaux problèmes liés au travail de nuit?
Le travail de nuit concerne 650 000 personnes, 15 % des travailleurs au niveau national. Par définition, il n'est pas en accord avec le rythme humain naturel. Il est d'ailleurs dérogatoire au niveau de la loi depuis 2001. Il est déséquilibrant. Ceux qui travaillent la nuit dorment moins que les travailleurs diurnes. Entre 6 et 7 heures contre 7 à 8 heures.

Peut-il générer des troubles

de santé?
Il y a une usure prématurée. Le travail nocturne génère plus de stress, une plus grande consommation de somnifères et de stimulants. Il y a en outre trois fois plus d'accidents lors des trajets domicile-travail en voiture la nuit.
Et sur le plan social ?
Le travailleur de nuit est isolé. Il peut être coupé de sa hiérarchie et de la vie de l'entreprise. Il est aussi privé de formation. Si le travail de nuit est choisi et peut correspondre à une solution à un moment donné, le choix peut se transformer en obligation. Un travailleur de nuit ne pourra pas systématiquement trouver un poste de jour, car il n'aura pas été formé et aura pris du retard.