Les bons plans sont en banlieue

Tiphaine Réto

— 

Les résultats de l'observatoire de l'activité de l'immobilier en Ile de France, présentés hier, ne surprendront personne : à Paris intra-muros, les prix ont augmenté en moyenne de 10 % sur un an. L'estimation fait varier l'achat au mètre carré entre 5 500 € dans le quartier de la Goutte d'Or (18e) à 13 000 € autour du Luxembourg (6e).

La banlieue, eldorado des investisseurs
Une envolée qui aura fait fuir les investisseurs hors de la capitale. « En terme de revenus, c'est désormais plus intéressant d'investir en banlieue, où le prix à l'achat reste inférieur, mais où le prix des loyers n'est pas si éloigné de Paris », explique Gilles Ricour de Bourgies, président de la FNAIM Ile-de-France. Même avis pour Eric Frémont, responsable de l'agence du Parc, à Evry (91). « Depuis la rentrée, on constate un engouement pour l'achat de maisons à transformer en chambres pour des étudiants. C'est beaucoup plus rentable que la location traditionnelle. »
La banlieue, nouvellement eldorado de la pierre. Mais pour combien de temps encore ? Dans l'Oise, Gabriel Amoyal, de l'agence immobilière des Hautes-Haies à Creil, observe l'installation d'une nouvelle population. « De plus en plus de familles viennent chercher chez nous un patrimoine. La plupart arrivent du 93. » Un constat qui n'étonne pas Marc-Antoine Menez, du groupe VMH : « L'immobilier s'est considérablement affiné. L'environnement est pris en compte dans l'estimation du bien. Aujourd'hui à Montreuil ou à Bondy, à deux rues près, les prix varient du tout au tout. Comme à Paris. »