Une femme en voile intégral exclue

— 

Une femme intégralement voilée, assise dans le public d'un procès à Bobigny (Seine-Saint-Denis), a été exclue vendredi de la salle d'audience, au lendemain de la validation de la loi interdisant le niqab dans l'espace public par le conseil constitutionnel. « Les personnes dont le visage est visible sont autorisées à rester dans la salle en conservant leur foulard. Contrairement à la personne au premier rang dont seuls les yeux sont visibles. Elle est invitée à quitter la salle ou à retirer son voile », a indiqué la présidente du tribunal lors du procès, sous haute surveillance policière, de deux hommes soupçonnés de s'être introduits en juin au domicile de l'imam de Drancy, connu pour avoir pris position en faveur de la loi contre le voile intégral. La femme voilée, qui a dit avoir 35 ans et venir de Seine-Saint-Denis, mais qui a refusé de donner son nom à la presse, est alors sortie. « Je ne suis pas étonnée. Je m'y attendais, mais j'ai quand même pris le risque », a-t-elle déclaré.