Le RER E s'attaque à La Défense et à Mantes

alexandre sulzer
— 

Le RER E part à la conquête de l'ouest francilien. Demain se tiendra la première réunion du débat public sur le prolongement d'Eole*.
Etat, syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), départements, tout le monde s'accorde à dire que le rallongement de la ligne d'Haussmann, son terminus actuel, jusqu'à Mantes-la-Jolie, est nécessaire. Objectif principal : décharger le RER A, de 10 à 15 %,selon le Stif, en offrant une alternative pour aller travailler à la Défense.

Des conséquences multiples
Autres bénéfices attendus : désaturer la station Châtelet-Les-Halles, libérer de la capacité à Saint-Lazare pour y renforcer la desserte du quartier des Batignolles (17e), permettre le doublement de la desserte de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) par le RER A (qui n'irait plus jusqu'à Poissy, désormais desservi par Eole) et bien sûr désenclaver le Mantois (Yvelines). Aujourd'hui, il faut 55 minutes entre Mantes-la-Jolie et Paris. Avec le E, 35 minutes suffiront. Il apparaît acquis que les trains ouest-est seront terminus à la future station Evangile (18e) et que ceux est-ouest s'arrêteront à la Défense afin qu'ils n'aient pas des parcours trop longs. Ce qui accentue les risques d'exploitation. Reste à définir le tracé entre Paris et La Défense. Le plus court ne permet pas de correspondance mais coûte moins cher (900 millions d'euros). Le plus long coûte plus cher (1,3 milliard) et permet une correspondance avec le RER C et le futur métro du Grand Paris à la porte de Clichy. L'intermédiaire a la faveur du Stif mais pas de la SNCF. Mise en service prévue en 2020.

RER C

Le syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) a voté une délibération qui va permettre au RER C de rouler 20 km/h plus vite dans Paris entre les gares d'Invalides et de Boulevard-Victor.Aujourd'hui, les rames roulent à 40 km/h. Mais grâce à une adaptation de la signalisation de la ligne aux performances de freinage des rames, les trains pourront atteindre 60 km/h. Résultat : un gain de temps de 25 secondes au minimum dans un sens et de 45 dans l'autre. Ce projet est estimé à 7 millions d'euros, dont 4,9 à la charge de la région Ile-de-France. Les travaux devraient débuter en décembre 2011 pour une effectivité fin 2013. Par ailleurs, le Stif a contracté un emprunt de 600 millions d'euros pour, notamment, renouveler les rames des RER C et D.