Dorothy Bohm, cinquante ans de flamme déclarée à la capitale

© 20 minutes

— 

Véritable déclaration d’amour à la capitale, le travail photographique de Dorothy Bohm est exposé au musée Carnavalet (3e) jusqu’au 11 décembre, dans le cadre de l’exposition « Un amour de Paris ». La photographe anglaise vient en effet de faire don au musée de plus de 150 clichés réalisés lors de ses fréquents séjours à Paris, entre 1948 et 2003. L’occasion de rendre hommage à cette dame de 81 ans, amoureuse de la capitale, et de faire découvrir son oeuvre aux Parisiens. Les 92 tirages d’époque noir et blanc et les 64 épreuves numériques en couleurs sont autant d’instants ou de détails capturés par Dorothy Bohm lors de ses errances aux quatre coins de la ville. « Je travaille à l’instinct. Je choisis un quartier au hasard et je marche, avec mon appareil autour du cou », explique-t-elle. D’où des clichés extrêmement variés, allant de scènes de la vie quotidienne aux portraits, en passant par les photographies de devantures de magasins qui ont interpellé l’artiste. Cette exposition retrace l’évolution du travail de Dorothy Bohm sur une cinquantaine d’années, mais certaines thématiques y sont récurrentes : les rues, les reflets, les passants ou les photographies un peu systématiques d’affiches déchirées ou de graffitis. Aucun quartier n’a été privilégié. L’artiste a pu s’arrêter indifféremment aux puces de Saint-Ouen, au zoo de Vincennes, au Palais-Royal ou à La Motte-Piquet-Grenelle. Chaque visiteur aura ainsi plaisir à retrouver un bout de trottoir, une vitrine ou une terrasse de café qu’il connaît ou qu’il a connus. Jeanne Dréan

expo Le musée expose aussi des clichés de Frédéric Barzilay, Lucien Hervé, Willy Ronis et «Le Brésil au xixe » siècle de Marc Ferrez.