Questions sur les futures berges

Hélène Colau

— 

Des centaines de riverains sont venus à la mairie du 4e, lundi soir.
Des centaines de riverains sont venus à la mairie du 4e, lundi soir. — A. GELEBART / 20 MINUTES

La mairie du 4e était archicomble, lundi soir, pour la première concertation publique sur l'aménagement des berges de la Seine*. Cet arrondissement, premier en nombre d'habitants reliés au fleuve, inaugure une série de vingt réunions sur le projet de la Mairie de Paris, voté en juillet dernier. Celui-ci prévoit de rendre piétonne une partie des voies sur berges et d'y installer des équipements sportifs et culturels. « Les quais ont été conçus dans les années 1970 comme une autoroute, a rappelé Anne Hidalgo, adjointe chargée de l'urbanisme. Nous voulons y remettre de la vie. »

Fête contre qualité de vie
Quand les mains se lèvent, c'est pour exprimer des inquiétudes. « Vous mettez l'accent sur la fête, alors qu'il y a des gens qui travaillent à Paris », s'indigne une riveraine. « Il n'est pas question de fête mais d'une meilleure qualité de vie », nuance l'adjoint à la culture, Christophe Girard. « Paris est sale, on ferait mieux d'utiliser cet argent pour nettoyer, lance un habitant de l'île Saint-Louis. Pourquoi brimer les travailleurs au profit de quelques traîne-savates ? » Plusieurs voix se sont aussi élevées au sujet du ralentissement de la circulation automobile, conséquence d'une plus large place faite aux piétons. D'après les simulations, un report sur le périphérique devrait s'effectuer. « On pourrait aussi couvrir les voies sur berges pour réaliser une promenade au-dessus des voitures », suggère Roger. « Trop cher, et interdit par l'Unesco », tranche Anne Hidalgo. Enfin, certains craignent la « pollution sonore » des concerts sur barges. « C'est pour cela que ces événements sont prévus près du pont Alexan­dre III, où il n'y a pas de riverains. »