Une voiture sur deux pollue trop

William Molinié

— 

Encore une voiture sur deux qui roule dans la région est considérée comme « polluante ». C'est un des enseignements (voir infographie) à tirer de l'enquête menée par l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France (IAU) à l'occasion de l'ouverture samedi du salon mondial de l'automobile. Le document, que 20 Minutes a consulté en exclusivité, dresse une photographie « à l'instant T » ainsi que les mutations du parc automobile francilien.

Voiture type. Le véhicule de référence des Franciliens est une berline (74 %) de moins de dix ans (53 %), avec 5 places assises (82 %) et roulant à l'essence (54 %). Elle est d'occasion (74 %) et d'une puissance de 60 à 100 chevaux (45 %).

Parc polluant. A Paris les voitures rejetant plus de 160 g de CO2 par kilomètre, et donc considérées comme polluantes, sont majoritaires (58,2 %). Les voitures « sportives » à propulsion et 4X4 jouent un rôle dans ce résultat puisqu'elles constituent 15,4 % du parc, soit près du double de la moyenne régionale. De même, mais pour une autre raison, les voitures polluantes sont nombreuses en Seine-Saint-Denis (54 %). « Le parc est très vieux, plus que dans les autres départements », explique Jérémy Courel, statisticien à l'IAU. C'est en Seine-et-Marne et dans l'Essonne que l'on trouve le plus de véhicules propres.
Long changement. D'après l'étude, il faudra vingt longues années pour renouveler l'intégralité du parc francilien. « Mais pour parvenir aux objectifs et diviser par quatre d'ici 2050 les émissions de gaz à effets de serre, il va falloir imposer davantage de normes », confie Alain Meyer, le directeur du département mobilité et transports.