La guerre des centres de beauté a commencé

©2006 20 minutes

— 

Fort de 120 centres en France, Epil Center s'attaque à l'Ile-de-France

Le leader des instituts de beauté bon marché prévoit pour 2006 l'ouverture d'une vingtaine de magasins dans la région, où son principal concurrent Body Minute en compte déjà plus d'une cinquantaine

Leur principe : des épilations et des soins sans rendez-vous, à des prix rendus attractifs par un système d'abonnement

A titre indicatif, l'épilation « 1/2 jambes, maillot, aisselles » y revient en moyenne à 20 E, contre 50 E dans les instituts classiques

A ce prix-là, la rentabilité prime parfois sur l'accueil et le confort A la tête d'Epil Center depuis 2003, Frantz Lallement utilise les mêmes techniques que pour son réseau de restauration rapide dont il est aussi PDG, en prévoyant d'enchaîner les soins toutes les 20 minutes

De quoi faire rugir les esthéticiennes traditionnelles qui perdent une partie de leur clientèle

« A l'école, on apprend qu'il faut déjà vingt bonnes minutes pour épiler une demi-jambe », note Dominique Costeux

Cette esthéticienne de Vert-le-Petit (Essonne) est à l'origine des Journées nationales des instituts de beauté organisées en novembre pour promouvoir la profession

« Nous ne sommes pas que des maquilleuses ou des arracheuses de poils

Un soin, c'est un moment d'échange pendant lequel on ne regarde pas sa montre

» Une guéguerre que Frantz Lallement balaie : « Le regard des esthéticiennes est en train de changer

Au début, elles nous prenaient pour des voyous, aujourd'hui, beaucoup veulent passer sous notre enseigne du fait des perspectives d'évolution que nous offrons

» Jeanne Dréan

fréquentation Les centres de soins bon marché séduisent davantage les jeunes femmes. En effet, plus de 60 % de la clientèle d'Epil Center a entre 25 et 35 ans. Leurs critères : la proximité (80 % habitent ou travaillent dans un rayon de 5 km), la simplicité de la formule sans rendez-vous et surtout les tarifs attrayants. Si 85 % des femmes se disent fidèles à leur institut, 51 % des moins de 25 ans et 21 % de l'ensemble des clientes se tournent vers un institut où les prix sont moins élevés