Les parents d'élèves de Seine-Saint-Denis attaquent le ministre

Hélène Colau

— 

Les enfants n'ont pas de référent fixe.
Les enfants n'ont pas de référent fixe. — ISOPIX / SIPA

« Le fait de devoir fréquenter pendant quelques jours la classe d'un autre enseignant ne peut être regardé comme ayant une incidence sur le déroulement de la scolarité de votre enfant. » Voilà la réponse qu'ont reçue les 50 parents de Seine-Saint-Denis qui ont déposé un recours contre le ministre de l'Education nationale en mars dernier. Ils réagissaient à de très nombreuses absences de professeurs non remplacées. « Luc Chatel avait deux mois pour répondre, mais nous ne sommes pas satisfaits », s'indigne Daniel Garault, le père d'une élève de CE1 de Pantin. Ce matin, les parents passent à l'étape suivante : ils vont déposer 132 plaintes au tribunal administratif de Montreuil. Une première française concernant l'enseignement primaire.

Plusieurs mois d'absence
« L'inspecteur d'académie nous avait dit que la situation était exceptionnelle, que tout s'arrangerait à la rentrée, reprend Daniel Garault. Mais d'après l'inspecteur de la circonscription de Pantin, il n'y aura pas plus de moyens. » Les parents craignent de revivre le cauchemar de cette année scolaire : des absences de plusieurs mois non remplacées, avec comme conséquence des professeurs prenant en charge deux classes ou des enfants voyant défiler jusqu'à 18 enseignants dans l'année. Le fils de Laure Watrin est scolarisé en CE2 au Pré-Saint-Gervais. Cette année, la maîtresse a été absente six semaines, dont trois sans remplaçant. « Les enfants étaient dispatchés dans d'autres classes, mais comme il y a eu jusqu'à cinq absences en même temps dans l'école, elles étaient surchargées. Puis il y a eu quatre remplaçants différents en dix jours. Le pompon, ça a été le recrutement d'étudiantes ni formées ni encadrées. C'était le zoo dans la classe. » Les parents réclament un dédommagement symbolique d'un euro par jour d'absence. Mais ils souhaitent surtout que la faute de l'Etat soit reconnue.