Le boulevard de Magenta toujours aussi décrié et dangereux

Anthony Nataf

— 

Sur le boulevard de Magenta, les différents modes de transports peinent à cohabiter.
Sur le boulevard de Magenta, les différents modes de transports peinent à cohabiter. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Malgré un réaménagement total en 2006, le boulevard de Magenta (10e) reste un des axes les plus dangereux de la capitale. Au niveau des rues du Château d'eau et de Lancry, l'artère qui relie Barbes à la place de la République arrive même en deuxième position des sections de voies les plus accidentogènes de Paris en 2009, avec 26 accidents et 29 blessés. En outre, la préfecture de police y comptabilise, toutes sections confondues, 135 accidents, 167 blessés et deux morts ces trois dernières années. Dans cette jungle désormais célèbre, pourtant annoncée par la Mairie de Paris comme un « espace civilisé », les bus, voitures, scooters, vélos et piétons ne parviennent toujours pas à cohabiter. Les Parisiens sont condamnés à une gymnatique compliquée.

« La piste cyclable

est beaucoup trop dangereuse »
L'aménagement du boulevard, avec ses pistes cyclables qui coupent les trottoirs, était déjà décrié par les riverains au moment des travaux. A l'usage, les critiques pleuvent toujours. « Cet aménagement est vraiment pourri ! », lâche Vincent, 26 ans, qui habite sur le boulevard. Il se déplace en scooter et peste contre l'organisation de la circulation, « impossible » selon lui. « Par contre, je me suis pris deux amendes de 90 € en un an parce que j'ai fait 10 mètres sur le trottoir pour aller me garer devant ma porte ». Même constat d'inefficacité pour Clément, 29 ans, cycliste régulier qui habite à proximité. « L'aménagement de ce boulevard est un échec. J'en suis arrivé à éviter de passer par là. En voiture ça n'est même pas la peine d'essayer, et à vélo, la piste cyclable est beaucoup trop dangereuse. Les piétons marchent dessus, la traversent et ne nous entendent pas arriver. J'en ai déjà percuté plusieurs », témoigne t-il. Comme beaucoup d'autres usagers de la petite reine, il préfère carrément emprunter la voie de bus. « A la limite, je me sens plus en sécurité au milieu des voitures » explique-t-il. « Nous avons bien conscience que le boulevard Magenta est accidentogène, réagit-on à la Mairie de Paris. Le bon usage de la route est un combat culturel, et nous menons de longue date des campagnes de sensibilisation pour inciter les différents modes à se montrer attentifs les uns aux autres ». Autre point noir, la jonction Place de la Concorde — rue Royale (8e) qui arrive en tête du palmarès des carrefours les plus dangereux. 51 personnes y ont été blessées depuis 2007 lors de 45 accidents. « Je le traverse tous les jours et j'ai déjà failli me faire écraser plusieurs fois » constate Madeleine, qui se hâte avant le flot de voitures. A quelques mètres de là, ce sont 46 personnes qui ont été blessées à la jonction avec les Champs-Elysées.