roissy continue de déployer ses ailes

alexandre sulzer

— 

Le chantier du S4 (en haut), qui accueillera un espace commercial (dessin du bas), hier.
Le chantier du S4 (en haut), qui accueillera un espace commercial (dessin du bas), hier. — S. ORTOLA / 20 MINUTESADP

A gros avions, grosses aérogares. Aéroports de Paris (ADP) a présenté hier le chantier de son futur nouveau terminal à Roissy , le S4.
En 2012, ce long bloc de 770 m de long et de plus de 25 000 m2 pourra recevoir 16 gros porteurs au contact, dont 8 A380. Destiné exclusivement à Air France et à ses compagnies partenaires, il est dédié aux vols longs-courriers. Et fera passer la capacité de Roissy de 72 millions de passagers à 81 millions. Son coût : environ 560 millions d'euros. Un investissement bien nécessaire en pleine crise économique ? Pas évident alors que le trafic stagne à 58 millions de voyageurs et que la croissance en 2010 devrait être de 0 %.

Roissy en « légère surcapacité »
« Le S4 est stratégique, rétorque, sur la défensive, Pierre Graff, le PDg d'ADP. Nous serons en légère surcapacité mais cela nous permettra d'avoir un peu de mou. Pendant 15 ans, nous étions en sous-capacité et tout le monde râlait ! » « Une fois le S4 terminé, on est tranquille pour un bon moment », reconnaît-il toutefois. A court terme, le S4 permettra par ailleurs de libérer de la place et facilitera la rénovation jusqu'en 2015 du vétuste terminal 2B. Reste que le chantier pèse lourd dans les finances d'ADP qui pâtit de la crise économique et a perdu 20 millions d'euros à cause de l'irruption du volcan islandais en avril. Pour financer le S4, ADP a dû réduire ses autres investissements de 100 millions d'euros. Mais la qualité de service ne sera pas sacrifiée dans la nouvelle aérogare. Avec son look de « grand magasin parisien » et ses 3 300 m2 de commerces et services haut de gamme, elle doit se rapprocher des standards des grands aéroports asiatiques et moyen-orientaux. Du luxe qui n'en est pas un : avec 85,6 % de taux de satisfaction des voyageurs, Roissy est en retrait par rapport à ses concurrents.