Ouverture du plan social de la Samaritaine

©2006 20 minutes

— 

Après la fermeture de la Samaritaine le 15 juin dernier, l'avenir des salariés va enfin s'éclaircir

Hier, cinq syndicats (CGT, CFDT, Unsa, CFE-CGC, CAT) représentant une majorité des salariés et la direction se sont félicités du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qu'ils venaient de signer

Il va se mettre en oeuvre aujourd'hui

D'ici au 31 octobre prochain – date jusqu'à laquelle LVMH, maison mère du grand magasin, s'est engagée à maintenir l'ensemble des salaires – chacun choisira entre la mobilité, interne ou externe, ou des aides à la formation ou à la création d'entreprises

Un dispositif de préretraite est ouvert pour les plus de 55 ans

Cent cinquante à deux cents salariés sur les 734 seraient concernés

« La direction a une obligation de résultat : elle ne peut pas licencier sans avoir fait deux offres de reclassement », décrypte Karl Ghazi, responsable de la CGT-Commerce Paris

Ces deux offres devront porter sur un poste à qualification et rémunération identiques, et situé à moins de deux heures de trajet aller-retour

Deuxième satisfaction pour la CGT, la priorité à l'embauche pour les anciens salariés du grand magasin lorsque les travaux de mise en sécurité seront achevés

Mais tous les syndicats n'ont pas la même analyse

« Si on est reclassé dans le groupe et qu'on se débarrasse de nous après quelques mois, on n'aura plus rien », se plaint Lucienne Lechertier, déléguée CFTC (non signataire du PSE avec FO)

Les syndicats continueront à se battre pour les 180 démonstrateurs pas encore reclassés

S C