Paris

Les «méthodes» Delanoë inspirent les auteurs

Deux livres coup sur coup sur Bertrand Delanoë. Avec Pariscide, paru en mai, et Les Paris de Delanoë, en librairie depuis la semaine dernière, les détracteurs du maire de Paris sortent du bois, arguments à l’appui. Dans Pariscide, François Devoucoux du B

Deux livres coup sur coup sur Bertrand Delanoë. Avec Pariscide, paru en mai, et Les Paris de Delanoë, en librairie depuis la semaine dernière, les détracteurs du maire de Paris sortent du bois, arguments à l’appui. Dans Pariscide, François Devoucoux du Buysson décortique les méthodes du maire, « super communicant très attentif à son image ». Il le décrit comme une sorte de monarque qui organise « des shows (...) le drapant de majesté » (lors de ses comptes rendus de mandats). Et l’homme est peu dérangé par une opposition qui « a surtout brillé par son incapacité à exister face à un maire et des adjoints omniprésents sur la scène médiatique ». Car Bertrand Delanoë convoque constamment la presse, « un faible investissement pour un gros rapport », explique l’auteur. Il est présent sur tous les fronts, du tsunami au débat sur la parité, et utilise tous les moyens pour mener ses projets à terme : « l’enquête publique sur le tracé du tramway est désavouée par la majorité des personnes consultées ? (...) Qu’à cela ne tienne, des commissaires enquêteurs sont envoyés sur le terrain pour rapporter des avis favorables. » Des méthodes également dénoncées par Emmanuel Dang Tran, auteur des Paris de Delanoë, un pamphlet contre le projet de rénovation du centre Beaugrenelle (15o), qui dénonce une « concertation délibérément avortée. » Magali Gruet

livres Pariscide, de François Devoucoux du Buysson, éd. La Table Ronde, 18 E. Les Paris de Delanoë, d’Emmanuel Dang Tran, éd. Jean-Claude Gawsewitch 17,50 E.