Tensions après la mort d'un braqueur

©2006 20 minutes

— 

Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) s'est réveillée hier matin avec la gueule de bois

Samedi soir, le poste de police du quartier de la Noé a été saccagé, des pompiers blessés et des voitures brûlées

La mort jeudi soir d'un jeune homme originaire du quartier, tué par un policier alors qu'il tentait de braquer un magasin Gap du quartier de l'Opéra (9e), pourrait être à l'origine de ces émeutes

Hier matin, les habitants s'attardaient à peine devant les restes du poste de police aux vitres brisées

Deux jeunes d'une quinzaine d'années ironisent « ils l'ont bien redécoré » tandis que la boulangère du quartier s'émeut à peine : « la routine »

D'après les forces de l'ordre, cela faisait pourtant « quatre ou cinq ans » que le quartier n'avait pas connu un tel embrasement

Samedi, l'après-midi avait été calme

« Trop peut-être », selon un officier pour qui le coup avait été bien préparé

Vers 19 h, c'est d'abord une patrouille qui, d'après la police, se fait caillasser par une vingtaine de jeunes

Le fourgon parvient à s'extirper, mais les émeutiers, à l'aide d'une voiture bélier qu'ils feront ensuite flamber, défoncent la grille de protection du poste de police, forcent un local technique et volent trois scooters qu'ils incendient

Les pompiers débarquent et se font à leur tour agresser : leur conducteur reçoit même un pavé à l'arcade sourcilière

Puis pendant deux heures, les CRS affrontent les jeunes en bataille rangée

Trois habitants d'une vingtaine d'années sont interpellés

Leur garde à vue a été prolongée hier soir

Ils nient avoir participé aux émeutes

Les autres jeunes du quartier se muraient hier dans le silence tandis que la police redoutait une nouvelle nuit agitée

M H
libre Le policier qui a tué le malfaiteur jeudi a été mis en examen pour « coup mortel » et laissé libre sous contrôle judiciaire. L'enquête devra déterminer s'il agissait en légitime défense. L'autre braqueur a fui.