Passy: le médecin subissait le chantage d’un patient

© 20 minutes
— 

« C’est de la folie furieuse. » Le médecin visé par la grenade lancée contre le 57, rue de Passy (16e), dans la nuit de mercredi, n’en revient pas. Certes, depuis décembre, il recevait quotidiennement de nombreuses menaces téléphoniques d’un patient. « Celui-ci s’est présenté une fois à mon cabinet pour un mal de genou. Il demandait un arrêt de travail tout bête, explique le médecin. Une semaine plus tard, j’ai reçu un mot tapé à la machine m’accusant de lui avoir fourni un faux certificat. Il disait vouloir porter plainte. » Le praticien le signale alors à la police. Mercredi, il arrive « comme une fleur » à son cabinet et découvre sept voitures et deux vitrines endommagées par l’explosion d’une grenade, que deux hommes à moto ont lancée durant la nuit contre son immeuble. L’enquête judiciaire est en cours. « Selon la police, cinq autres médecins parisiens pourraient être victimes du même chantage », ajoute le praticien. Pour Alex Maire, président du Syndicat des médecins généralistes, « cela reste un cas isolé ». L’Union régionale des médecins libéraux d’Ile-de-France a toutefois demandé hier la mobilisation des pouvoirs publics « afin d’assurer la sécurité des médecins menacés et de rétablir un climat de sécurité». Alexandra Voinchet