20 Minutes : Actualités et infos en direct
TransportsLa RATP tire la sonnette d’alarme sur une hausse de bagages abandonnés

Transports : La RATP tire la sonnette d’alarme sur une recrudescence de bagages abandonnés qui augmente les retards

TransportsUne hausse de 70 % des colis abandonnés constatée en octobre contribue à la perturbation du trafic
Les colis abandonnés perturbent ou interrompent le trafic des métros et RER, causant des reports sur d'autres lignes. (Illustration)
Les colis abandonnés perturbent ou interrompent le trafic des métros et RER, causant des reports sur d'autres lignes. (Illustration) - MARTIN BUREAU / AFP / AFP
Romarik Le Dourneuf

Romarik Le Dourneuf

L'essentiel

  • Au mois d’octobre, la RATP a constaté une augmentation de 70 % des colis abandonnés dans son réseau par rapport à la même période en 2022.
  • Des « abandons » qui entraînent de nombreuses perturbations et interruptions du trafic.
  • Pour tenter d’endiguer la recrudescence, la régie des transports compte sur une campagne de communication en station et sur la responsabilité des voyageurs.

La relation entre la RATP et la ponctualité est en statut « C’est compliqué » depuis quelque temps. Selon le bulletin mensuel de la ponctualité des lignes de Transilien, RER et métro établi par Île-de-France Mobilités (IDFM), « plusieurs lignes n’ont pas atteint en septembre l’offre commandée » par l’autorité organisatrice des transports franciliens.

« La performance aux heures de pointe s’est dégradée sur certaines lignes de métro parisien. » Si les nombreux travaux et incidents sont en cause, la RATP a également mis en avance la « recrudescence des colis abandonnés » ce mercredi pour justifier ces difficultés.

Une augmentation de 70 % par rapport à 2022

« Recrudescence » est même un euphémisme. En effet, selon Agnès Ogier, responsable des réseaux ferrés à la RATP, et bras droit de Jean Castex, le nombre de colis abandonnés au mois d’octobre 2023 est 70 % supérieurs à celui constaté en octobre 2022. « La régie a recensé 325 signalements et interventions liés à ce phénomène, contre 190 il y a un an », précise-t-elle. Des signalements qui ont causé l’annulation de centaines de trains.

Rien que sur la semaine dernière, 54 signalements de bagages abandonnés ont été effectués auprès de la régie. « C’est colossal », commente Agnès Ogier qui rappelle que pour chaque « abandon », il faut qu’un agent RATP contacte la police, qui elle-même se déploie et fait appel aux services de déminage, pour des interruptions ou perturbations de trafic d’une heure en moyenne. « La semaine dernière, nous avons même eu une interruption complète pendant près de deux heures », ajoute la responsable.

Des procédures compliquées par le plan Vigipirate

En octobre, les lignes les plus perturbées par les colis abandonnés ont été : la ligne 3, avec 17 heures d’interruption, et les lignes 8, 9, 12 et 13, avec plus de 6 heures d’interruption. Le RER est également touché avec, par exemple, 11 heures d’interruption sur la ligne A pendant le mois.

Des difficultés renforcées par le plan Vigipirate rehaussé au niveau « Urgence attentat » : « Depuis que nous sommes en vigilance rouge, l’appel aux démineurs est beaucoup plus systématique. »

La RATP souligne également que ces colis abandonnés ont des répercussions sur tout le trafic. Par un effet de dominos, sur une ligne perturbée, ou interrompue, les usagers vont se reporter sur d’autres lignes, et « possiblement exporter les problèmes » sur les autres lignes.

La RATP n’avait pas besoin de ça

Une situation dont n’avaient pas besoin les transports franciliens. « Évidemment on a d’autres difficultés », reconnaît Agnès Ogier, la dégradation du taux de ponctualité étant également la conséquence de l’ancienneté des infrastructures du réseau, elle cite en exemple la ligne 8 équipée d’un matériel « qui a 25 ans, 30 ans ».

Sur cette ligne, l’autorité organisatrice a observé en septembre un taux de ponctualité de 84,85 %, soit 11,65 points de moins que l’offre commandée.

La très critiquée ligne 13 figure aussi parmi les mauvais élèves avec un taux de ponctualité de 87,06 % en septembre, soit un retard de plus de 9 points sur son objectif défini dans le contrat signé par la RATP et IDFM.

Une campagne de communication pour rappeler aux usagers de prendre leurs bagages

Même si depuis le début de l’année, assure Agnès Ogier, responsable du réseau ferré à la RATP, la régularité des métros « est dans une dynamique positive », cette amélioration est « absorbée par les colis abandonnés », justifie-t-elle.

Pour tenter de résorber cette épidémie, la régie organise une campagne de communication par des annonces en station et dans les trains, incitant à vérifier qu’on n’oublie rien aux « points de rupture » (les montées et descentes de train) et va distribuer près de 54.000 étiquettes à ses usagers pour leur permettre d’identifier leurs bagages. « Lorsque l’identité du propriétaire est connue, on passe d’un colis abandonné à un colis oublié, c’est totalement différent, » conclut la responsable qui en appelle à la vigilance et à la responsabilité de tous.

Sujets liés