20 Minutes : Actualités et infos en direct
TRANSPORTVoici le bus futuriste qui circulera en Essonne en 2024 sur la ligne Tzen 4

Bus ou tram ? Île-de-France Mobilités dévoile le Tzen 4 qui circulera en Essonne à partir de 2024

TRANSPORTLa région a commandé trente exemplaires de ce bus qui se prend pour un tram
L'Exquicity, en service en 2024 entre Viry-Châtillon et Corbeil-Essonnes, ressemble plus à un tramway qu'à un bus. Bruxelles, le 6 octobre 2023.
L'Exquicity, en service en 2024 entre Viry-Châtillon et Corbeil-Essonnes, ressemble plus à un tramway qu'à un bus. Bruxelles, le 6 octobre 2023. - R.Le Dourneuf / 20 Minutes / 20 Minutes
Romarik Le Dourneuf

Romarik Le Dourneuf

L'essentiel

  • Île-de-France Mobilités a profiter du salon Busworld de Bruxelles pour dévoiler, vendredi, le nouveau modèle de bus conçu en partenariat avec l'entreprise belge Van Hool, Alstom et Kiepe Electric, qui devra équiper la ligne Tzen 4 en Essonne.
  • Equipé d'un système innovant de recharge électrique pour un bus, une première mondiale, le bus devrait pouvoir recharger à plein ses batteries en cinq minutes à chaque terminus.
  • Si trente bus ont été commandé à ce jour, c'est le même bus qui devrait circuler sur la future ligne Tzen 5 entre Paris et Choisy-le-Roi, avant peut-être de conquérir d'autres lignes en Île-de-France.

Une première mondiale pour les Essonniens. Le vendredi 6 octobre, une délégation d’Île-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité des transports dans la région, s’est rendue au Salon Busworld de Bruxelles pour la présentation du bus qui opérera sur la future ligne Tzen 4.

Un événement tout sauf anodin puisque ce nouveau véhicule, conçu par le constructeur belge Van Hool, en collaboration avec Alstom et Kiepe Electric, a été développé en partenariat avec IDFM et pourrait représenter une mini-révolution dans le monde du transport en commun en Île-de-France (mais aussi ailleurs). En effet, ce nouveau matériel est le premier bus au monde 100 % électrique, rechargé par le sol et doublement articulé.

Ceci n’est pas un tramway

Carénage fuselé et uniforme qui recouvre les roues, avant et arrière semblables, présence de deux soufflets… l’Exquicity (de son petit nom) a plus que des faux airs de tramway. Et s’il s’agit bien d’un bus, libre de ses mouvements, le véhicule revendique pourtant ses points communs avec son cousin ferré.

Les performances d’abord. « Il s’agit du premier bus de 24 mètres en circulation, explique Stéphane Beaudet, vice-président de la Région Île-de-France en charge des transports, cela représente deux fois la longueur d’un bus normal (12 mètres) et un tiers de plus qu’un bus articulé (18 mètres). »

Le gain d'espace à l'intérieur du bus est de 40% selon Île-de-France Mobilités
Le gain d'espace à l'intérieur du bus est de 40% selon Île-de-France Mobilités - R.Le Dourneuf / 20 Minutes

Un gain d’espace qui permet d’augmenter la capacité de voyageurs à 140 places. Pas une paille pour le Tzen 4 qui doit remplacer, d’ici à l’été 2024, la ligne 402 aux 40.000 voyageurs par jour. « Nous estimons l’affluence à 47.000 voyageurs d’ici quelques mois. Et on sera très très vite à 50.000 voire 55.000 voyageurs quotidiens avec les connexions à venir et l’attractivité de ces nouvelles lignes », ajoute Stéphane Beaudet en faisant référence à l’interconnectivité avec le nouveau RER D, et l’inauguration, en décembre de la nouvelle ligne de tram T12 (voir carte ci-dessous).

Une voie réservée pour plus de vitesse et de ponctualité

Mieux, l’Exquicity se rapprochera également du tramway par sa fréquence et sa vitesse. Avec les trente exemplaires commandés par IDFM, la ligne assurera un passage toutes les cinq minutes en station en heure de pointe selon Stéphane Beaudet. Une régularité bien aidée par une circulation en « site propre intégral » : « À l’exception de quelques centaines de mètres à Ris-Orangis, la ligne Tzen 4 fonctionnera sur un site propre intégral. C’est-à-dire que, comme pour un tram, le bus aura une voie réservée qui bénéficiera de la priorité aux carrefours et aux feux de circulation. »

Voici le tracé de la future ligne Tzen 4.
Voici le tracé de la future ligne Tzen 4.  - IDFM

Cette voie réservée permettra au Tzen 4 de rouler en moyenne à 26 km/h, contre 15 km/h pour les autres lignes d’Île-de-France (7 km/h dans Paris). Ces facilités doivent également permettre à la ligne de s’adapter en cas de besoin, en rajoutant, par exemple, des véhicules sur la ligne si la fréquentation venait à augmenter de manière substantielle. Un gain non négligeable pour une ligne qui va desservir dix quartiers politiques de Corbeil-Essonnes, Evry-Courcouronnes, Ris-Orangis et Grigny (les Tarterêts, les Pyramides, les Epinettes, les Aunettes, le Plateau, la Grande Borne, Grigny centre).

Gain d’espace, prises USB, écrans, caméras…

Pour de la Treille à Viry-Châtillon et la gare RER de Corbeil-Essonnes, les passagers vont également bénéficier d’un plus grand confort. Revu selon les standards imposés par IDFM, l’intérieur disposera de 40 % d’espace en plus que dans les précédentes générations de bus. « Nous avons également installé des lumières de 150 lux qui permettront une bonne visibilité à l’intérieur, sans être non plus agressives », explique Arnaud Crolais, directeur des infrastructures chez IDFM.

La sécurité sera assurée par 12 caméras de vidéosurveillance, que le chauffeur pourra activer et à sa guise depuis sa cabine, désormais entièrement fermée. Une question de sécurité, malheureusement d’actualité. Il ne sera donc plus possible d’acheter des tickets à l’intérieur du bus, mais les usagers peuvent se rassurer : toutes les stations seront équipées d’automates.

Une recharge complète en cinq minutes

La climatisation et le chauffage fonctionneront grâce à un système de pompe à chaleur qui permettra de diminuer « de moitié la consommation d’énergie, de réduire le poids du véhicule et de ne pas ajouter un système de refroidissement supplémentaire pour les batteries » selon IDFM.

C’est justement dans ce système électrique que se trouve l’innovation la plus importante. En effet, Alstom a mis au point un système de bornes au sol, disponibles à chaque terminus, destinées à recharger les batteries, via trois patins dédiés installés sous le bus, en seulement cinq minutes. Une première mondiale qui sera ensuite déployée sur la future ligne Tzen 5 qui doit relier le 13e arrondissement de Paris à Choisy-le-Roi (94) en 2025.

Si l’investissement de 140 millions d’euros pour la Tzen 4 est important, Stéphane Beaudet défend le projet et rappelant que l’installation d’un tramway aurait coûté entre 200 et 400 millions d’euros.

Sujets liés