« Je vis 24 h / 24 avec mon chien »

— 

Stéphanie a Végas depuis qu'il est bébé.
Stéphanie a Végas depuis qu'il est bébé. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

« Allez, cherche, cherche. » Les oreilles se dressent, la queue s'agite, Végas se guide à la truffe. En quelques secondes seulement, il repère le sachet de cannabis, caché sous les roues d'une voiture. Ce labrador noir de 6 ans est devenu un douanier expert dans les stupéfiants. « Pour lui, c'est comme un jeu. Moi, je vais bosser, mais lui, il s'amuse », explique Stéphanie, son maître. Elle raconte l'avoir choisi, alors qu'il était bébé et elle encore apprentie douanière, « car c'est le premier qui est venu me voir ». Depuis, elle entretient avec lui une quasi relation de couple. Le soir, en fin de service, elle le ramène chez elle. « Le dressage, c'est à temps complet. Je vis 24 heures sur 24 avec mon chien », confie-t-elle. Comme Végas, les trois-quarts des chiens douaniers sont des labradors, faciles à dresser. Les équipes cynophiles comportent aussi quelques cockers. « Mais on a abandonné les caniches. Ils étaient trop têtus », poursuit un douanier. W. M.