Pas d'avion un dimanche par mois ?

— 

Si le volcan islandais a été détesté par tous les voyageurs, les riverains des aéroports parisiens l'ont béni. Fini, pour un temps, le bruit des réacteurs d'avion. « On a été surpris par le silence », lâche Patrick Kruissel, le président de l'Advocnar, une association antibruit et de protection de l'environnement. Si bien que lorsque le ciel aérien a rouvert, les habitants avaient « oublié ce qu'étaient les nuisances aériennes ». Pour « marquer le coup », l'association, qui défend l'interdiction des vols de nuit, a demandé « un dimanche par mois sans avion ». « On voudrait faire une journée de couvre-feu tous les mois. On pourrait instaurer cette plage de silence pour l'ensemble de la région », détaille Patrick Kruissel. Il reste cependant réaliste et reconnaît qu'il n'a « pas beaucoup d'espoir quant à l'aboutissement de sa demande ». En 2008, chaque nuit de 22 h à 6 h, 168 engins sont passés en moyenne au-dessus des toits de la ville de Gonesse (Val-d'Oise). Soit, environ, deux par minute.W. M.