À vingt-cinq ans, LA Géode se réinvente

pauline Théveniaud

— 

Deux grands stickers rappellent aux passants que la Géode fête son anniversaire.
Deux grands stickers rappellent aux passants que la Géode fête son anniversaire. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Il y a vingt-cinq ans, il fallait faire une heure et demie de queue pour y voir un film. Aujourd'hui, alors qu'elle célèbre son quart de siècle (lire ci-contre), la Géode se prépare à relever de nouveaux défis. « Il va falloir tenir la course effrénée des nouvelles technologies, tout en innovant du point de vue du contenu, trouver le ton juste », résume son directeur général, Laurent Dondey.

Cinéma populaire et grand public
En clair, se distinguer des « cinémas commerciaux », nombreux à avoir adopté la 3D. Et si son directeur « revendique ce côté cinéma populaire et grand public », il a quelque peu fait évoluer sa programmation, en proposant notamment des soirées électro et opéra. Laurent Dondey est confiant : « La Géode restera singulière et unique. »
Il faut dire qu'elle capitalise encore sur le « succès phénoménal » de ses jeunes années. A sa création, la Géode, c'était la haute technologie offerte aux classes populaires. Cela a donné « des années d'or qui la dotent d'un joli trésor de guerre ». Un butin salutaire quand arrive le temps de l'essoufflement. « Entre 1999 et 2005, il s'y passait tellement peu de chose qu'on l'appelait la boule au bois dormant », raconte le directeur général. Lui a été appelé en 2005, pour relancer la machine. Il a atteint l'équilibre budgétaire, la fréquentation est en hausse de 12 %. Laurent Dondey n'en doute pas, la « Géode a une bonne étoile ».

programme

Les festivités démarrent ce soir avec Laurent Garnier et Etienne de Crécy pour la « Grande fête des 25 ans » (25 €). Et jusqu'au 29 juin, la Géode propose de voir ou revoir ses films cultes et des inédits.