JO de Paris 2024 : Les packages hospitalité, une offre VIP qui « trouve son public »

Sport Le fournisseur officiel d’offres hospitalité « On Location » propose des offres premium qui permettent, en partie, de financer les Jeux

Mathilde Desgranges
L'hébergement « carré or » proposé par On Location.
L'hébergement « carré or » proposé par On Location. — © On Location
  • Le fournisseur officiel des offres hospitalité liées aux JO de Paris 2024, On Location, propose des packages premium. L’entrée de gamme est fixée à 100 euros.
  • Ces offres comprennent les billets pour les épreuves, ainsi que des services supplémentaires : places en loges, meilleures places assises, transport ou encore hébergement.
  • Les ventes premium d’On Location constituent une entrée d’argent pour le comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO).

Pas de tirage au sort, accès à certaines finales… Les billets mis en vente par On Location, le fournisseur officiel des offres d’hospitalité liées aux JO de Paris 2024, semblent alléchants. Compris dans ces packages hospitalité, les billets sont accompagnés de prestations supplémentaires. Des offres premium qui permettent, en partie, de financer les Jeux. En tant que fournisseur officiel sur l’hospitalité, les ventes d’On Location constituent une entrée d’argent pour le comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO).

« Notre réussite est la leur, et leur réussite est la nôtre », estime Sam Dautrevaux, conseiller exécutif chez On Location. Deux mois après le lancement des ventes, toute communication sur les résultats reste néanmoins proscrite. « On ne donne pas de chiffres pour éviter qu’ils soient mal analysés sans les indicateurs nécessaires, affirme ce dernier. Mais on est satisfait, on est là où on voulait. »

Des supporteurs peu convaincus

« Notre offre trouve son public », assure le conseiller exécutif d’On Location. Un public disposé à payer plusieurs centaines d’euros pour avoir les meilleures places assises... ou carrément être en loges. Certaines formules permettent également un hébergement en hôtel et une offre de transport. « Même s’il n’y a pas d’exclusivité sur le sujet, ces offres d’hébergement sont davantage acquises par les entreprises », concède-t-il. Soucieux de répondre à la volonté « de faire des JO accessibles à tous », On Location propose aussi une entrée de gamme à 100 euros.

Une alternative qui ne suffit pas à convaincre les supporteurs. « Beaucoup veulent pouvoir suivre l’ensemble des matchs de l’équipe de France, mais les tarifs varient entre 600 et 1.000 euros la place [pour le basket], regrette Quentin Larnaudie, membre du bureau de l’Union Nationale des supporteurs de Basket (UNSB). Si je suis tous les matchs, une grande partie de mon salaire annuel y passe. »

Une alternative à la billetterie classique ?

« L’ouverture à la vente des packages hospitalité a été le point de départ de la billetterie, pour moi », affirme Victor. Grand passionné des JO, le jeune homme a partagé son astuce sur un groupe Facebook dès janvier dernier. Soit un mois avant l’ouverture de la billetterie classique. « Certes, c’est un peu plus cher. Mais il y a des épreuves pas mal à moins de 100 euros avec possibilité de payer en trois fois », écrivait-il. Victor n’en est pas à son coup d’essai. « J’avais pris des places pour les JO de Tokyo en 2020, je savais que ce serait la guerre au moment du lancement des ventes », confie celui qui s’est déjà assuré trois places.


« Avec de l’anticipation, on peut réussir à avoir des places abordables, poursuit-il. J’ai réussi à me faire un programme sympa, avec un réel intérêt sportif [épreuves avec chances de médailles], sans avoir dépensé 2.000 euros. » Un « bon plan » qui demande beaucoup d’implication. Victor a passé deux jours à réaliser un tableau Excel dans lequel il liste dans l’ordre chronologique l’épreuve, la date, le prix minimum et le code de la session de chaque épreuve qui l’intéresse. « Mais de toute façon, tout ne se joue pas maintenant, rassure Victor. Au moins la moitié des places n’ont pas encore été mises en vente. »