Ile-de-France : Valérie Pécresse somme la RATP de rétablir de bonnes fréquences dans le métro

TRANSPORTS La RATP fait face à des problèmes de régularité de certaines de ses lignes de métro et la patronne d’Ile-de-France Mobilités juge cela « inacceptable »

20 Minutes avec AFP
— 
Depuis la rentrée, la RATP peine à assurer la régularité de certaines lignes de métro.
Depuis la rentrée, la RATP peine à assurer la régularité de certaines lignes de métro. — Justin Picaud


« La performance de plusieurs lignes de métro (notamment les lignes 3, 6, 8, 11, 12 et 13) s’est significativement dégradée depuis la rentrée scolaire, avec des régularités inférieures à 91 % en heure de pointe, ce qui est bien en deçà de vos obligations contractuelles à l’égard d’Ile-de-France Mobilités et donc inacceptable. » C’est un courrier vindicatif que la présidente d’Ile-de-France Mobilités (IDFM), Valérie Pécresse, a envoyé mercredi à la RATP au sujet des problèmes de régularité que connaissent les métros. Elle a d’ailleurs jugé « légitime » l’exaspération des voyageurs.

« Je vous demande de prendre les mesures nécessaires pour redresser rapidement et sans délai la situation, car nous devons un service de qualité aux voyageurs », a-t-elle exigé dans sa lettre adressée au directeur général par intérim de la RATP Jean-Yves Leclercq. « J’attends de votre part un plan de remédiation d’urgence à la situation et un échéancier pour pallier les difficultés de ces six lignes », a-t-elle précisé.



Les chiffres d’octobre ne devraient pas être bons

Les derniers chiffres de régularité disponibles pour le métro parisien, ceux de septembre, sont mauvais sur certaines lignes en raison notamment d’une pénurie de conducteurs. « On n’a pas encore les chiffres d’octobre, mais on pressent qu’ils sont du même acabit », avait indiqué mercredi le directeur général d’IDFM, Laurent Probst.

« Je suis particulièrement inquiète de la propagation du manque de conducteurs au réseau de métro, alors que vous nous aviez affirmé que ces difficultés concernaient exclusivement le réseau de bus - sur lequel 25 % du service contractuel n’est pas réalisé », a relevé Valérie Pécresse, qui avait déjà envoyé un courrier semblable pour les autobus en septembre. « La Région Ile-de-France est prête à vous accompagner pour faciliter le recrutement de conducteurs, qui est je le rappelle de votre ressort », a ajouté l’élue, également présidente du conseil régional.

Un retour aux effectifs nominaux prévu vers la fin mars

La RATP, qui a « pris acte » de ce courrier, a indiqué être « pleinement mobilisée sur le sujet du manque de conducteurs », précisant que le sous-effectif est « relativement modeste » dans le métro, et « sans commune mesure avec la situation du réseau de bus ». Il manque « moins de 100 conducteurs sur 3.100 » dans le métro, et « des moyens importants » sont déployés pour recruter et former, selon elle. « Le sous-effectif devrait se résorber rapidement dans les prochains mois, pour un retour à l’effectif nominal vers la fin mars », a ajouté la régie des transports parisiens.



L’offre de transport a été légèrement réduite ces derniers mois, à la demande d’IDFM, pour faire des économies, la fréquentation étant toujours nettement inférieure à son niveau d’avant la pandémie. Mais alors que le trafic reprend, « il est crucial que la RATP puisse assurer une régularité supérieure ou égale à l’objectif contractuel, à savoir 96,5 % », notamment sur les lignes 8, 11 et 12, a souligné Valérie Pécresse dans son courrier.

IDFM a l’intention de commander des « renforcements d’offre » pour accompagner le retour des voyageurs, a-t-elle indiqué. « Mais un renforcement de l’offre sera inefficace si la RATP ne réussit pas à produire l’offre commandée par Ile-de-France Mobilités », a-t-elle insisté.