« Les jeunes font maintenant du chantage à ceux qui rincent »

— 

Une poignée de jeunes des Tarterêts ont perturbé le dernier conseil municipal de Corbeil-Essonnes en réclamant du travail.
Une poignée de jeunes des Tarterêts ont perturbé le dernier conseil municipal de Corbeil-Essonnes en réclamant du travail. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Dans cet immeuble des Tarterêts, une cité des quartiers nord de Corbeil-Essonnes (Essonne), quelques « anciens » se sont retrouvés autour d'un bureau, au fond d'un local associatif. « Je ne veux pas que mon nom apparaisse », insiste un homme d'origine congolaise. Ses deux compères acquiescent d'un hochement de tête. Ils acceptent néanmoins anonymement de décrypter 15 années de ce qu'ils appellent les « magouilles » dans les quartiers populaires de la ville.
« Dassault est dépassé par le système qu'il a mis en place », introduit celui qui se fait appeler « Tonton ». Il précise : « Jusqu'à présent, il rinçait les grands frères pour avoir la paix avant les élections. Désormais, les jeunes ont compris comment ça marche. Et foutent le bordel pour recevoir à leur tour de l'argent. C'est tout simplement du chantage. » Pour preuve, les événements récents, qui ont opposé en mars dernier des jeunes adultes armés lors d'une rixe entre habitants des Tarterêts et Montconseil, un autre quartier dit « sensible ». Seize personnes avaient été interpellées. « La ville a mis beaucoup d'argent dans les Tarterêts. Depuis peu, Dassault s'est intéressé à Montconseil. Les mecs des Tarterêts se sont sentis lésés », analyse le quarantenaire. Même son de cloche chez un fonctionnaire, fin connaisseur du territoire : « Montconseil a bénéficié des dernières élections. Ils ont deux élus référents en mairie. » D'après Tonton, Jean-Pierre Bechter, le nouveau maire, aurait tenté de remettre « de l'ordre », en passant par des voies légales : le travail, les associations… Lundi soir, 14 contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE) ont été votés par les élus. Ce qui porte à 70 le nombre de CAE depuis octobre. « J'espère que ce n'est pas une réponse aux 40 jeunes qui se sont introduits au dernier conseil municipal et qui veulent du boulot », confie un élu.W. M.