les prix repartentà la hausse

— 

L'ancien se vend mieux malgré la pénurie de biens. C'est le constat dévoilé hier par la chambre des notaires d'Ile-de-France. En détail, le prix moyen des logements anciens a progressé de 1,2 % sur les trois derniers mois. Cette poussée touche autant les appartements que les maisons. Autre information, l'ensemble de la région est concerné. Le Val-d'Oise (95) connaît la plus forte hausse avec 5,6 %. Paris se maintient avec des prix en hausse de 0,1 %. Seule l'Essonne (91) enregistre une baisse du prix moyen de 1,8 %. Dans tous les cas, le prix au mètre carré frôle les records de l'été 2008. La capitale reste en tête du palmarès avec une moyenne de 6 390 €. « Les prix devraient continuer à croître, mais il serait hasardeux de parler d'un mouvement durable », a estimé Jean-François Humbert, le président de la chambre. Pour éviter une nouvelle flambée des prix, les notaires ont demandé aux pouvoirs publics d'accélérer la construction de logements neufs. L'appel est relancé.Maxime Terracol