Dans la peau d'un chauffeur du 93

Corentin Chauvel

— 

Les escortes policières de soirée n'empêchent pas les caillassages des bus.
Les escortes policières de soirée n'empêchent pas les caillassages des bus. — C. CHAUVEL / 20 MINUTES

Quinze jours après les attaques qui ont touché des bus de la compagnie des Courriers d'Ile-de-France (CIF), les conducteurs ont repris le travail la semaine dernière, après plusieurs jours de retrait. Hier, Cristian* assurait le service sur la ligne 1, qui relie La Courneuve à Villeparisis-Mitry-le-Neuf (Seine-et-Marne) via Tremblay-en-France et Sevran (Seine-Saint-Denis). Des villes où des bus ont encore été caillassés ce week-end. 20 Minutes l'a accompagné.

Une ambiance « tendue »
« Il y a vraiment un malaise », lâche cet homme d'une quarantaine d'années, qui vit à Sevran depuis quinze ans. Dans sa compagnie de bus, il relate une ambiance « tendue », des chauffeurs qui ont peur. « Le soir, on passe dans certains quartiers à risques, parfois ce sont des jeunes agressifs qui montent. On ne sait jamais à quoi s'attendre. » Et les escortes policières, effectives seulement en fin de journée, ne rassurent pas Cristian : « Cela ne va rien régler, elles sont caillassées aussi ! Et les policiers n'osent pas riposter, parce qu'ils ont peur des bavures. » Ce matin de vacances scolaires est plus calme, mais le comportement des usagers exaspère tout de même Cristian. A un feu rouge d'Aulnay, un jeune homme tape à la porte, demandant à monter. « Ils se permettent n'importe quoi. Qu'est-ce qu'on peut faire ? Parfois, ils sont plusieurs, ils se mettent devant le bus, on est obligé de les laisser monter », déplore Cristian. Le conducteur trouve que « les gens sont énervés en ce moment parce qu'il y a moins de bus. Leur seule priorité, c'est qu'il soit à l'heure à leur arrêt. » Le trajet se termine une heure plus tard à la gare RER de Villeparisis-Mitry-le-Neuf. « Travail stressant, peu de pauses, les gens qui gueulent », c'est ainsi que Cristian résume son quotidien de chauffeur de bus en Seine-Saint-Denis.