La déontologie des policiers du 18e épinglée

— 

« Conclusions hâtives », « absence de suivi personnalisé de la garde à vue », « gestes de coercition excessifs », « menottage à mauvais escient ». Les conclusions d'une enquête de la Commission nationale de la déontologie et de la sécurité, rendues publiques hier, ne sont pas tendres avec les policiers du 18e. La Commission s'est penchée sur une affaire de septembre 2008, alors qu'une femme s'arrête devant des vendeurs de maïs à la sauvette à Château Rouge. Elle en a précédemment acheté à Belleville, ainsi que d'autres provisions, et les porte dans un sac à l'effigie du magasin. Des policiers passent par là, décident d'interpeller les vendeurs à la sauvette. Tous fuient, sauf cette femme qui reste sur place. Elle sera interpellée, frappée, et passera la nuit en garde à vue. « La Commission s'étonne que les îlotiers, habitués du quartier, ne se soient pas d'emblée posé la question de l'invraisemblance de l'implication de la seule personne n'ayant pas fui à leur vue. »Magali Gruet