Le Samu social fait voir la rue par les yeux d'un SDF

SOCIETE Le film dure 24h, en temps réel...

Hélène Colau

— 

Capture d'écran du film «Dans la peau d'un SDF» réalisé gràce à des caméras minatures par le Samu Social de Paris.
Capture d'écran du film «Dans la peau d'un SDF» réalisé gràce à des caméras minatures par le Samu Social de Paris. — DR

10h. Il marche dans la rue, demandant une cigarette aux passants. Quelques-uns s'arrêtent, la plupart l'ignorent. 12h. La caméra, penchée à 90°, se soulève au rythme de la respiration de l'homme, endormi sur un banc. 17h, on voit des articles passer à la caisse du supermarché. Puis on se retrouve dans les couloirs du métro. Et ainsi de suite jusqu'à la nuit.

Le film Dans la peau d'un sans-abri a été mis en ligne en fin de semaine dernière par le Samu social de Paris. Tourné grâce à des microcaméras cachées dans les montures de lunettes de quatre sans domicile fixe, ce film de vingt-quatre heures montre en temps réel une journée dans la rue. L'errance, les rencontres, la violence parfois.

Quand on n'en peut plus, une croix rouge en haut à droite de l'écran permet de fermer la fenêtre. Mais si l'on clique dessus, un message d'erreur apparaît: «Désolé, sortir de la rue est beaucoup plus difficile.» On est alors invité à faire un don au Samu social. Le film, s'il est parfois difficile à regarder, notamment à cause du malaise qu'il provoque, est curieusement addictif. On se surprend à y revenir à différentes heures de la journée, histoire de voir où en sont les sans-abri. Et peut-être de faire un geste à l'approche de l'été, une saison difficile pour ceux qui vivent dans la rue, quand les structures d'accueil sont fermées.