20 Minutes : Actualités et infos en direct
EducationDes parents sidérés par des ateliers «avec menottes» menés dans des écoles

Saint-Denis : « Délirant d’apprendre la citoyenneté avec des menottes »... Des ateliers dans des écoles ulcèrent

EducationDes ateliers animés par des policiers dans trois écoles de Saint-Denis ont soulevé les protestations de certains parents d’élèves
La police municipale de Saint-Denis a été associée à cette journée de citoyenneté tant décriée (illustration).
La police municipale de Saint-Denis a été associée à cette journée de citoyenneté tant décriée (illustration). - SYSPEO/SIPA / Sipa
Guillaume Novello

Guillaume Novello

L'essentiel

  • Le 27 septembre dernier, une « journée sportive et citoyenne » a été organisée par Raid aventure organisation à destination d’élèves de trois écoles de Saint-Denis.
  • Encadrée par des policiers bénévoles, l’association proposait divers stands pour apprendre à mieux connaître le métier des forces de l’ordre et à mieux se connaître entre jeunes et gardiens de la paix.
  • Sauf que pour certains parents d’élèves, cette journée ne s’est pas du tout déroulée comme prévu. Ainsi certains écoliers auraient manié des matraques et menotté leurs camarades de classe, ce que conteste formellement la municipalité.

«Je ne m’attendais pas à ce que ce sujet prenne autant d’ampleur ! » Oriane Filhol, adjointe au maire de Saint-Denis en charge des solidarités et de la prévention ne masque pas sa stupeur quand on lui soumet les griefs de parents d’élèves des écoles Langevin, Sorano et Balzac. En cause la « journée sportive et citoyenne » organisée le 27 septembre par Raid aventure organisation, qui intervient notamment en milieu carcéral, auprès d’élèves de ces trois écoles situées près de la cité Gabriel-Péri.

L’objectif était de « créer un espace de dialogue entre les jeunes et la police afin de contribuer à des relations apaisées au quotidien et montrer qu’on peut cohabiter », précise Oriane Filhol. Cela fait trois ans que l’association déploie son dispositif Prox' dans le quartier Gabriel-Péri avec des policiers bénévoles pour encadrants. Mais cette année, pour la première fois, la municipalité a proposé aux trois écoles d’y faire participer des élèves, sur la base du volontariat des enseignants et en lien avec le rectorat.

Immobilisation avec des menottes

Selon l’adjointe au maire, plusieurs stands étaient proposés : « des stands sportifs avec du foot et de la boxe, un stand dialogue, un stand "Savoir rouler" tenue par la police municipale, un stand tir-laser avec des pistolets utilisés pour le tir olympique, un stand parcours sportif où les élèves pouvaient enfiler un gilet pare-balles pour se rendre compte du poids et un stand présentation du matériel policier dont des menottes. »



Sauf que pour certains parents, le déroulé de la journée était bien éloigné du programme. « Cela ne correspondait pas du tout à la journée proposée, s’insurge Wilfrid Dulouard, représentant des parents d’élève à l’école Langevin. Nous avons eu des retours d’enfants comme quoi ils jouaient à se courir après avec une matraque, vêtus de gilets pare-balles, ou encore un atelier où un enfant devait menotter l’autre tout en le maintenant immobilisé assis sur lui. » Pour le parent d’élève, « complètement révolté », « une ligne rouge a été franchie qui est "Pas d’arme à l’école" ». « On n’est pas du tout anti-flic mais c’est complètement délirant d’apprendre la citoyenneté avec des menottes », dénonce Wilfrid Dulouard.

Deux versions divergentes

A l’appui de ces accusations, il renvoie vers une vidéo de Raid Aventure Organisation présentant le dispositif Prox' où effectivement on peut voir des enfants maniant des matraques ou un enfant faisant chuter un autre avec une clé de bras avant de le menotter. La vidéo, toujours visible sur Viméo, a néanmoins été retirée de la page descriptive du site de l’asso, peu après la médiatisation de l’affaire.

Oriane Filhol l’assure, le dispositif a été adapté aux élèves et rien de tout ça n’a eu lieu, seule « une présentation des menottes s’est produite avec un menottage sous forme de jeu par les élèves ». Elle ajoute que Raid Aventure Organisation dispose de tous les agréments possibles et que l’association est reconnue pour ses actions depuis 30 ans. Enfin, pour elle, cette journée a eu le soutien des enseignants et des parents d’élèves. Ce que conteste Wilfrid Dulouard qui affirme que « les parents sont vent debout et que certains enseignants ont indiqué ne pas s’attendre à ça ». De son côté Raid Aventure renvoie vers un questionnaire de satisfaction rempli à l'issue de la journée qui indique que les 121 élèves interrogés affirment avoir aimé le programme et que 95% d'entre eux seraient prêts à participer de nouveau à l'atelier.



Pour apaiser les choses, une rencontre entre parents d’élèves et l’adjointe au maire a eu lieu mardi soir. Selon Oriane Filhol, « les choses se sont bien apaisées et nous nous sommes quittés en bons termes ». Wilfrid Dulouard est plus mitigé. « Il y a la satisfaction d’avoir obtenu que le dispositif ne soit pas étendu à d’autres écoles, explique-t-il. Mais nous sommes un peu amers que la municipalité n’ait pas reconnu la réalité de ce qu’il s’est passé. » Si le dispositif Prox' n’est pas étendu, il sera néanmoins installé pendant les prochaines vacances dans le quartier des Cosmonautes et ouvert « aux enfants qui souhaiteront venir mais sans lien avec l’Education nationale », promet Oriane Filhol.

Sujets liés