Orsay : Une « Bise et zou », un dispositif pour désencombrer l'entrée des écoles

Scolarite Avec son dispositif une « Bise et zou », la mairie d’Orsay cherche à réduire la saturation du trafic lorsque les parents déposent leurs enfants à l’école

Mathilde Desgranges
— 
Le dispositif une « Bise et zou » mis en place devant l'école Mondétour, à Orsay.
Le dispositif une « Bise et zou » mis en place devant l'école Mondétour, à Orsay. — © Sandrine Chilotti / Ville d'Orsay
  • La mairie d’Orsay met en place son dispositif une « Bise et zou » devant l’école Mondétour, pour fluidifier le trafic devant l’école.
  • Tous les matins, entre 8h20 et 8h30, une zone de « dépose active » est mise en place pour les parents qui amènent leurs enfants à l’école en voiture.
  • Deux agents communaux surveillent les enfants, pour qu’ils rejoignent l’entrée seuls et en sécurité.

On s’arrête juste le temps d’une bise, « et zou » ! Devant l’école Mondétour, à Orsay dans l’Essonne, les parents n’ont plus besoin de faire descendre leurs enfants de la voiture. Depuis la rentrée scolaire, la mairie met à contribution des agents municipaux pour aider les élèves de primaire à rejoindre l’entrée de l’école en sécurité. Tous les matins, entre 8h20 et 8h30, une zone de « dépose active », surveillée par deux agents, est mise en place pour les parents qui amènent leurs enfants à l’école en voiture. « Après l’arrêt du véhicule, un agent communal ouvre la porte de l’enfant qui sort sans l’aide du parent, explique la mairie, à propos de son dispositif une « Bise et zou ». L’enfant est pris en charge jusqu’à l’école et le parent peut repartir serein. »

Inspiré de ce qui se fait aux Etats-Unis, le dispositif évite aux parents de stationner trop longtemps devant l’école, et fluidifie le trafic. « Depuis plusieurs années, on a un problème de saturation près de l’école Mondétour, affirme Frédéric Henriot, adjoint à la mairie d’Orsay chargé des services de proximité. Au moment de déposer les enfants, les parents se garent en double, triple voire quadruple file et bloquent complètement le secteur. »

Une cinquantaine de voitures défilent devant l’école

L’habitude des parents qui « larguent » leurs enfants devant l’école au dernier moment « embêtait » particulièrement la mairie de la Ville. « Cela crée des difficultés de trafic mais aussi des problèmes de sécurité pour les enfants, qui sont déposés n’importe où, estime l’adjoint à la mairie d’Orsay. On a donc eu l’idée de proposer un dépose minute devant l’école. » En dix minutes de « dépose active », une cinquantaine de voitures défilent devant l’école primaire. « Avant, on avait cinquante voitures qui redémarraient en même temps, maintenant elles repartent au compte-goutte », se félicite-t-il.

« C’est un mode de dépose des élèves qui correspond à une attente de la part de certaines familles, affirme le directeur de l’établissement Yann Denimal, qui accueille favorablement le dispositif. Cela leur permet de gagner du temps sur leur trajet professionnel. » L’efficacité du dispositif reste néanmoins difficile à évaluer, « le nombre d’enfants et de familles concernées [étant] encore minoritaires », même si « pour ceux qui en ont l’usage, les retours sont très positifs. »

Premières critiques du dispositif

« Les parents qui le souhaitent peuvent, bien sûr, venir déposer leurs enfants à vélo cargo et ne pas utiliser leur voiture », plaisante-t-il, en réponse aux premières critiques du dispositif sur les réseaux sociaux. Certains défenseurs de l’usage du vélo décrient un dispositif qui ferait « une fois de plus la promotion de la voiture ». Une volonté dont se défend l’adjoint. « Au contraire, au niveau énergétique, cela permet de réduire les émissions émises par les moteurs qui tournaient dans les embouteillages », estime-t-il.



La Ville d’Orsay ne renonce pas pour autant à déployer son dispositif dans la ville. Frédéric Henriot indique vouloir le mettre en place devant d’autres écoles, « au moins devant une autre, où on rencontre le même problème de circulation », précise-t-il. De premiers essais du dispositif une « Bise et zou » devraient avoir lieu devant l’école primaire du Guichet, d’ici la fin de l’année.