Campagne présidentielle : Une enquête ouverte contre Valérie Pécresse pour « détournement de fonds publics »

ENQUETE Cette enquête fait suite à un signalement de l’ex-secrétaire d’EELV Julien Bayou

A.L. avec AFP
Valérie Pécresse le 9 septembre 2022.
Valérie Pécresse le 9 septembre 2022. — Joel Saget

Une enquête a été ouverte contre l’ex candidate à la présidentielle Valérie Pécresse, également présidente de la région Ile-de-France, pour « détournement de fonds publics », selon le parquet de Paris, confirmant des informations de BFM TV.

Cette enquête fait suite à un signalement de l’ex-secrétaire national d’EELV Julien Bayou, après des propos de la conseillère régionale Babette de Rozières, dans sa lettre de démission adressée à la présidente de la région Ile-de-France, où elle indiquait avoir organisé des événements dans l’intérêt de la candidate à la présidentielle : « Manifestations que j’organisais dans ton intérêt (fête des restos, fête des seniors, fête des bistrots, inauguration du 1er site du parcours de la gastronomie l’hôtel de la marine que j’ai créé en Ile-de-France, semaine du goût avec les enfants de familles défavorisées etc.)  […] pour te faire gagner le cœur des Ultramarins en ajoutant cette action a ton crédit. » « Le mélange des genres entre la présidente de région et la candidate à la présidentielle semble complet », indique la lettre de Julien Bayou adressée au parquet de Paris, que 20 Minutes s’est procurée.

« Je n’ai jamais demandé aucune aide à la région »

Dans cette même lettre, l’ex-secrétaire d’EELV rappelle des propos de Babette de Rozières le 8 mars dernier, indiquant qu’elle ne s’était pas rendue à un événement qu’elle avait organisé. « Elle ne s’est pas rendue au salon de la gastronomie des outremers, alors qu’elle était attendue par tous les présidents (…) alors que je lui avais dit que c’était important de passer pour saluer les outremers », avait déclaré la cheffe cuisinière et également animatrice de télévision.



Jointe par 20 Minutes, la cheffe cuisinière se défend de tout mélange des genres.  « J’avais organisé un salon de la gastronomie aux outre mers, je lui avais fait une journée pour elle, elle nous a plantés en nous disant qu’elle n’en avait rien à faire des outre mers. Tous les hommes politiques sont passés dans mon salon, je n’ai jamais demandé aucune aide à la Région. C’est comme si mon restaurant Valérie [Pécresse] venait dedans et qu’on disait que c’est la Région ! Je ne mélange pas la Région avec mes affaires. »

Le signalement de Julien Bayou concerne aussi des propos de la conseillère régionale portant sur l’élu régional Patrick Karam. « Patrick a fait de toutes les associations antillaises son fonds de commerce », et plus loin « « Patrick fait ses petits arrangements entre amis, je donne à celui-là une subvention, celui-là sa gueule ne me plaît pas je ne lui donne pas », indique la lettre de Julien Bayou au procureur de la République.

« Nous ne sommes pas au courant de cette procédure », a déclaré à l’AFP l’entourage de Valérie Pécresse, qui a assuré que « toutes les règles (avaient) été scrupuleusement respectées ». « Les Verts utilisent toujours la même méthode de dénonciation calomnieuse », a-t-on ajouté de même source. « Nous sommes sereins et faisons confiance à la justice ». Selon BFM TV, l’ex candidate de la droite songe à porter plainte.