Cinq ans et toujours pas de procès en vue

William Molinié
— 
Seuls des travaux de sécurisation ont été entrepris sur la façade de l'hôtel Paris Opéra.
Seuls des travaux de sécurisation ont été entrepris sur la façade de l'hôtel Paris Opéra. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

   Quelques traces noires de fumée sont toujours visibles sur la façade de l'hôtel Paris Opéra, rue de Provence (9e). Derniers stigmates d'une nuit d'horreur durant laquelle 25 personnes, dont 11 enfants, sont morts brûlés ou défenestrés le 15 avril 2005. Cinq ans après le tragique incendie, les familles attendent toujours un procès. Elles organisent un rassemblement devant l'hôtel, demain à 15 h. 

 Les gérants mis en examen
Des travaux de sécurisation (fenêtres murées, renforcement de la façade…) ont été réalisés. « C'est fermé depuis l'incendie. On ne sait pas trop comment ça va se finir », confie un commerçant dont la boutique a été inondée par les pompiers. Après trois ans d'expertises, l'affaire est entre les mains d'une juge d'instruction parisienne. « Le dossier n'est pas clos. L'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel n'a toujours pas été publiée », assurent les avocats des familles. En octobre dernier, les gérants de l'hôtel ont été mis en examen. Depuis, rien. « C'est étonnant, d'autant que les responsabilités ont rapidement été mises en évidence », analyse Pauline Véron, maire adjointe du 9e, de permanence la nuit du drame. Les familles attendent désormais une date de procès. « La préfecture de police, le Samu social et des collectivités pourraient être citées, ce qui explique la lenteur de la justice », analyse Aomar Ikhlef, qui a perdu sa nièce ce soir-là. Aujourd'hui, tous les sinistrés ont été relogés et une grande majorité régularisée. « Mais les marchands de sommeil dans les immeubles et hôtels insalubres existent toujours à Paris », dénonce un parent de victime. La mairie du 9e veut ériger une stèle commémorative à proximité de l'hôtel, dans le jardin de la Trinité. Elle pourrait être inaugurée à la fin de l'année.