La lecture jeunesse menacée

Hélène Colau

— 

« Ne coupez pas les ailes au Salon du livre et de la presse jeunesse. » Le Centre de promotion du livre de jeunesse (CPLJ) de Seine-Saint-Denis, qui organise entre autres le salon de Montreuil, a lancé hier cet appel. L'association venait d'apprendre que le conseil général allait réduire de façon drastique ses subventions. « La baisse attendue est de l'ordre de 1,2 million sur 1,6, sachant que notre budget total est de 3,2 millions », déclare Sylvie Vassallo, la directrice du CPLJ. Cette réduction ne compromettrait pas tant le salon, qui s'autofinance presque totalement, que les actions menées toute l'année auprès des jeunes du département. « Les rencontres avec des auteurs et les malles de livres qui circulent dans les écoles sont essentielles pour une population qui a habituellement peu accès à la culture », souligne Sylvie Vassallo. « Je suis très inquiet, avoue Emmanuel Constant, vice-président du conseil général chargé de la culture. On voit le filet se resserrer autour de nos compétences non obligatoires. Cette fois, cet étranglement budgétaire aura des effets massifs. » Le CPLJ ne désespère pas de voir ses partenaires réagir. Il saura le 8 avril, jour du vote du budget du conseil régional, s'il avait raison d'y croire.