Olga Trostiansky: «Il faut des places pérennes»

SOLIDARITE L'adjointe (PS) au maire de Paris chargée de la Solidarité analyse la situation alors que le plan hivernal prend fin, mais certains centres restent ouverts...

Recueilli par Magali Gruet

— 

S. POUZET / 20 MINUTES

Le plan hivernal se termine demain. En quoi consistait-il?
Nous avons ouvert 1.000 places supplémentaires depuis mi-décembre pour ce plan. Elles ont toutes été pourvues, car il manque beaucoup de places. Il en faudrait 5.000 de plus en Ile-de-France. Paris a décidé d'en créer 2.000 d'ici à 2014, mais ce ne sera pas suffisant.


Comment qualifiez-vous l'hiver
qui vient de s'écouler?

Il a été long et rigoureux. Il ne faut pas oublier qu'il y a encore quinze jours, il faisait très froid. Les professionnels et les associations sont fatigués.


Que va-t-il advenir des personnes
qui bénéficiaient de ces places?

Le problème est que celles-ci ne sont pas nécessaires qu'en hiver, et ces personnes vont se retrouver dehors. Heureusement, nous avons obtenu d'en maintenir environ 500 encore quelque temps, jusqu'à fin avril pour certaines, jusqu'en juin pour d'autres, mais cela ne fait que repousser le problème.

Quelle est la solution, selon vous?
Il faut des places pérennes, où les gens peuvent se poser et se reconstruire. Les personnes qui campent dans le bois de Vincennes, ça ne les intéresse pas, l'hébergement d'urgence. De plus, il faut que tous les départements de la région prennent leur part du travail. Paris a la moitié des places d'Ile-de-France, je serais intéressée de savoir ce que les Hauts-de-Seine proposent.


Quel est le profil de ceux qui
ont fréquenté ces places cet hiver ?

Ce sont surtout des hommes isolés, il n'y a eu que quelques femmes. Il y a davantage de jeunes aussi. Et depuis cinq ans, nous voyons arriver des travailleurs pauvres, des personnes qui trouvent un travail à Paris, mais pas de logement. Avant, il n'y en avait pas.

Chiffres

En 2009, on dénombrait 33.605 places d'hébergement en Ile-de-France, dont 14.465 à Paris, 9.534 en petite couronne et 9.606 en grande couronne. Le département qui en possède le moins est celui des Yvelines, 2.232 places, suivi de la Seine-et-Marne (2.344).