Saint-Lazare a tourné au ralenti

William Molinié (avec agence)

— 

Les voyageurs ont dû prendre leur mal en patience, hier, à la gare Saint-Lazare (9e).
Les voyageurs ont dû prendre leur mal en patience, hier, à la gare Saint-Lazare (9e). — S. POUZET / 20 MINUTES

Le trafic était très perturbé, jusqu'à hier soir, au départ de la gare Saint-Lazare (9e), à la suite de l'agression de sept contrôleurs dans les Yvelines. Ce matin, tout devrait rentrer dans l'ordre, après une journée entière de quasi-inactivité dans la gare. Si bien que la SNCF avait installé hier en début d'après-midi dans le hall tables et tréteaux pour proposer du café et des friandises aux voyageurs. « C'est dimanche donc il y a moins de monde qui attend. J'avais un déjeuner de famille, je crois que je vais annuler et rentrer chez moi », confiait peu avant midi, Anthony, 27 ans. Seuls quelques trains vers Maisons-Laffitte (78) et Ermont-Eaubonne (95) ont circulé. Sur le RER A, l'interconnexion entre la SNCF et la RATP était suspendue à Nanterre-Préfecture (92).

Coups de couteau et de poing
Les conducteurs du réseau ont exercé leur droit de retrait, en réaction à l'agression samedi après-midi de sept contrôleurs sur la ligne Paris-Mantes-la-Jolie (Yvelines) lors d'une altercation avec des personnes montées sans billet aux Mureaux. Parmi les blessés, l'un a été victime d'un coup de couteau et deux autres ont pris des coups de poing. Après les incidents, la police a interpellé deux des agresseurs en gare de Villennes (78). Ils devraient être jugés aujourd'hui en comparution immédiate. « Les contrôleurs en ont ras le bol, et les agents de conduite les soutiennent, parce qu'on est confronté à une montée de la violence dans les trains de la région », estime Philippe Guiter, du syndicat SUD-Rail. La direction a proposé de renforcer les effectifs de la police ferroviaire de la SNCF. Deux compagnies de CRS sécurisent depuis samedi les trains de la ligne.