Debout la république ne pourra pas s'asseoir à la région

REGIONALES Zoom sur le parti Nicolas Dupont-Aignan en Ile-de-France...

A.S.

— 

E. POL / SIPA

Le rattachement de Philippe de Villiers à l'UMP et les déçus du sarkozysme ont donné de grands espoirs au souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. Le chef de file de Debout la République (DLR) se présente pour la première fois à une élection régionale. Et compte transformer un éventuel succès en un marche pied vers un horizon national. Mais malgré le soutien de Jean-Claude Delarue, une figure connue des associations d'usagers des transports publics, la sauce n'a pas pris. Un sondage* crédite le député-maire d'un modeste 2,5%. Un taux proche de celui de DLR aux dernières européennes en Ile-de-France (2,44%). «Quand je vois l'accueil qui nous est réservé lors des tractages, je reste confiant», assure Nicolas Dupont-Aignan. Qui refuse de dire s'il appellera, ou pas, à voter pour l'UMP au second tour.

>> Notre dossier sur les régionales à Paris est par ici