L'imam de Drancy attaqué sur une histoire de caméra cachée

FAITS-DIVERS Il a déjà été l'objet de menaces...

William Molinié

— 

Une caméra était cachée dans la ventilation.
Une caméra était cachée dans la ventilation. — DR

Depuis un mois, le moindre incident à la mosquée de Drancy (Seine-Saint-Denis) est devenu prétexte à semer la zizanie pour le collectif propalestinien, Cheikh Yassine (du nom de l'ancien chef du Hamas assassiné en 2004). Vendredi, comme chaque semaine, plusieurs membres du collectif manifestent lors de la grande prière pour demander le départ d'Hassen Chalghoumi, l'imam de Drancy, connu pour ses bonnes relations avec les institutions juives.

«Une surveillane orchestrée des musulmans par l'imam de la ville»

 

Un petit groupe parvient à entrer dans la mosquée et à se rendre dans la salle des ablutions, lieu où les hommes se lavent les mains avant d'aller prier. Ils y arrachent une caméra, «dissimulée derrière une grille d'évacuation d'air», commente Abdelhakim Sefrioui, le président du collectif, qui n'hésite pas à dénoncer «une surveillance orchestrée des musulmans par l'imam et la ville».

Des rumeurs laissent entendre qu'une caméra est également cachée dans les toilettes des femmes. «C'est n'importe quoi. Il n'y a qu'une seule caméra, située dans la salle des ablutions. Et elle a été posée à la demande des fidèles qui constataient une recrudescence des vols à cet endroit», répond Farid Hannache, conseiller d'Hassen Chalghoumi. L'imam voulait, hier, déposer plainte pour «dégradations». Il avait déjà porté plainte après des intimidations à son égard dans sa mosquée en janvier dernier.

>> Suiteà de nombreux débordements, cet article a été fermé aux commentaires.