la police enquête sur la fuite

— 

Comment deux élus UMP ont-ils eu accès à des informations, dont certaines étaient fausses, sur le passé judiciaire d'Ali Soumaré, le chef de file PS aux régionales dans le Val-d'Oise? Une éventuelle fuite policière est soupçonnée après que le candidat a été qualifié de « délinquant multirécidiviste ». Hier, le directeur général de la police nationale (DGPN) a ouvert une enquête interne afin de vérifier si des fonctionnaires auraient consulté, ou pas, le système de traitement des infractions constatées (Stic). Une réponse doit être fournie la semaine prochaine à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) dont le président, Alex Türk, se réjouissait hier de l'initiative. Contacté par 20 Minutes, il a laissé entendre que la Cnil contrôlerait sans doute elle-même le Stic la semaine prochaine. « 100 000 personnes ont accès au Stic. Si l'une d'entre elles a consulté la fiche d'Ali Soumaré, elle devra démontrer la légitimité qu'elle avait à le faire. » La DGPN pourrait le cas échéant prendre des sanctions disciplinaires.alexandre sulzer