Paris

Le Funéraireland des Joncherolles

La brochure est tout aussi enthousiaste. Elle évoque un lieu « unique en Europe » , où l’on peut procéder à « toutes les formes de funérailles autorisées par la législation » . Pour le weekend

« Là- bas, c’est le multiplexe du funéraire ! » , prévient un « habitué » des cimetières franciliens. La brochure est tout aussi enthousiaste. Elle évoque un lieu « unique en Europe » , où l’on peut procéder à « toutes les formes de funérailles autorisées par la législation » . Pour le weekend de la Toussaint, le cimetière des Joncherolles, à Villetaneuse ( 93), devrait accueillir quelque 20 000 visiteurs. Créé en 1977 par les communes de Saint- Denis, Saint- Ouen, Epinay, Pierrefitte et Villetaneuse, dont les cimetières arrivaient à saturation, le site s’étend sur une trentaine d’hectares. Plus de 12 000 personnes y sont déjà enterrées. Les cendres de 20 000 autres ont été dispersées dans le « jardin du souvenir » . Inhumation classique, placement des cendres en columbarium, caveaux préfabriqués, tombes paysagées… Tout a été prévu pour exaucer nos moindres volontés. Du moins nos dernières. Ce décor de briques et de ciment, de toits creusés façon pagodes, est l’œuvre de l’architecte Robert Auzelle. « Une référence dans le milieu du funéraire » , assure Philippe Hanicque, conservateur du site. Auteur de Dernières demeures, Auzelle s’est inspiré des cimetières anglais et hollandais pour créer les Joncherolles. « Il a chamboulé les anciens modèles qui voulaient qu’un cimetière ce soit un mur d’enceinte et des tombes qu’on aligne, s’anime Philippe Hanicque. Lui l’a ouvert sur la vie, avec des symboles comme l’eau qui s’écoule des gargouilles ou les nombreux arbres fruitiers. » A son lancement, les familles jugent le lieu un peu avant- gardiste et ne cachent pas leur préférence pour le cimetière traditionnel de leur commune. Les Joncherolles prennent leur essor le jour où les villes cessent d’attribuer des concessions ailleurs. Le site vit depuis au rythme de 500 inhumations et jusqu’à plus de 2 000 crémations par an. Pour finir de « séduire » , on mise sur la multiplicité des services. Un parking à faire pâlir – par sa taille – plus d’un supermarché, des fleuristes, des marbriers installés sur place et même des voituriers qui se proposent d’aller chercher gratuitement les proches à domicile. Responsable du crématorium, Gilles Duré présente les derniers aménagements de ses « salles omnicultes » : « Lecteur CD, micro sans fil… Et quand le corps va partir, les deux portes en bois s’ouvrent automatiquement et on lance un jeu de lumières. » Pour enfoncer le clou, la brochure des Joncherolles met également en avant les « nombreuses célébrités » reposant aux Joncherolles : « Jean- Claude Pascal ( chanteur et comédien), Thierry Sabine ( organisateur du Paris- Dakar). » Certes, ce n’est ni Balzac ni Jim Morrison, mais le Père- Lachaise, lui, a 200 ans.