le handicap de la formation

Delphine Bancaud

— 

« Aujourd'hui 83 % des personnes handicapées ont un niveau de formation inférieur ou égal au BEP », a rappelé hier la secrétaire d'Etat à la Solidarité, Nadine Morano, lors du lancement par le Centre d'information et de documentation jeunesse (CIDJ) d'une palette de services permettant aux jeunes handicapés de mieux s'orienter.

Ces jeunes ayant tendance à s'auto-censurer dans le choix de leur études, une nouvelle rubrique dédiée sur le site www.cidj.com leur permettra de s'informer sur les filières qui leur sont ouvertes. Notamment par le biais de témoignages de jeunes racontant leur parcours réussi, à l'instar d'Axel, malvoyant et étudiant à HEC. Autre nouveauté : une trentaine de conseillers d'orientation-psychologues du CIDJ ont été formés pour apporter des réponses adaptées aux handicapés. Ces derniers pourront désormais venir au CIDJ sans rendez-vous pour se faire épauler dans la construction de leur projet.

Enfin, la formation des jeunes handicapés péchant par le manque d'accessibilité des établissements, le CIDJ a enquêté auprès d'une soixantaine de centres de formation spécialisés dans la banque, la finance et l'assurance. L'accessibilité de leurs services et de leurs équipements a été testée selon trois types de handicaps (visuel, auditif et moteur). Il en résulte que le handicap moteur est le mieux pris en compte, devant l'auditif, puis le visuel, pour lequel l'aide d'une tierce personne reste indispensable. Le CIDJ prévoit d'étendre ce répertoire de l'accessibilité aux formations de tous secteurs et de tous niveaux d'ici à 2011, en Ile-de-France, puis dans la France entière. W