La Tour d'Argent se sépare de 18 000 bouteilles de sa cave

— 

Aux salons Hoche (Paris 8e), hier.
Aux salons Hoche (Paris 8e), hier. — M. DOVIC / 20 MINUTES

Château-lafite, pouilly-fumé, des appellations qui font saliver les amateurs de vin. Depuis hier et jusqu'à ce soir, 18 000 bouteilles de la prestigieuse cave du restaurant la Tour d'Argent (5e), qui en compte 450 000, sont vendues aux enchères. « Je suis venu pour un vin précis que j'ai rêvé de boire toute ma vie », confie Cyril, 40 ans, qui en a laissé passer un premier lot et qui fait grise mine à la montée des enchères. Philippe, 50 ans, propriétaire d'une petite vigne, est à la recherche de « deux ou trois bordeaux et un châteauneuf-du-pape. Je peux éventuellement dépasser mon budget pour me faire plaisir. » Pour lui comme pour beaucoup d'acheteurs, la provenance des bouteilles est un gage de qualité. « On sait que le vin a été chouchouté, qu'il n'a pas bougé », note-t-il.

« C'est une vente exceptionnelle, explique Alexis Velliet, commissaire-priseur. Les amateurs savent que les bouteilles sont bien choisies et conservées avec attention. La Tour d'Argent est réputée pour son amour presque maniaque des vins, qui maturent parfois dix ans avant de figurer sur la carte. » Certains lots ont atteint cinq fois le prix estimé. La recette devrait dépasser un million d'euros. Hier, la première journée s'est clôturée sur la vente d'une bouteille de cognac datant de 1788, mise à prix à 2 500 euros et adjugée 25 000 euros. Deux autres bouteilles du même cognac, dans un état légèrement moins bon, se sont vendues 17 000 et 15 000 euros. W

Anthony Nataf