Sylvie Moisson prête à relever le défi du 93

William Molinié

— 

C'est la première femme à prendre la tête du parquet du tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis). A 50 ans, Sylvie Moisson s'est installée il y a une semaine dans le deuxième tribunal de France. Elle comble ainsi un vide qui durait depuis la fin juin, lorsque son prédécesseur François Molins a été nommé directeur du cabinet de la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie.

Elle détaille pour 20 Minutes la politique pénale qu'elle veut mettre en place. Cette Bretonne d'origine n'en est pas à son premier poste d'envergure. Dès sa sortie de l'Ecole nationale de la magistrature en 1985, elle est nommée substitut au tribunal de Saint-Malo. Elle part ensuite à Nantes, de 2002 à 2007, à la tête de l'administration du casier judiciaire national, où elle contribue à créer le fichier des délinquants sexuels. Puis, en janvier 2008, elle devient la première femme procureur général à la cour d'appel d'Agen, en pleine tempête sur la carte judiciaire. A l'époque, les magistrats s'inquiétaient de la proximité entre sa politique et celle du ministère de la Justice. En Seine-Saint-Denis, dans un département où l'institution « Justice » connaît des records d'impopularité, Sylvie Moisson assure vouloir jouer la carte de la « transparence ». W