Pécresse devant au premier tour

Alexandre Sulzer

— 

Et un candidat de plus aux régionales. Nicolas Dupont-Aignan, à la tête de Debout la République, a confié, hier, à 20 Minutes, qu'il y « a 95 % de chances » qu'il se lance dans la compétition en Ile-de-France. C'est au conseil national d'en décider le 25 novembre, mais le député du 91 ne laisse place à aucun doute. « Le Grand Paris est une grande arnaque », se justifie-t-il.

Mais son engagement se comprend aussi au regard d'un sondage Ifop réalisé au début du mois, et qui lui attribue 3,5 % des votes. Mieux que les 2,44 % des européennes. Les résultats de ce premier sondage sur les régionales - 20 Minutes publie les intentions de vote au premier tour (voir infographie) - « montrent que les Verts sont bien en dessous de leur score aux européennes », décrypte Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l'Ifop. Selon lui, les bons résultats des écologistes aux dernières élections partielles s'expliquent par des contextes locaux particuliers. « Jean-Paul Huchon (PS) a donc raison de ne pas dramatiser, mais le sondage doit être un signal d'alerte : si Cécile Duflot (Verts) fait une campagne du tonnerre, ça peut être dur pour le PS. » A droite, le mauvais résultat d'André Santini (NC) devrait l'inciter à faire liste commune avec l'UMP. « Dans ce cas, le report des voix centristes bénéficie à l'UMP, au MoDem et aux Verts. Ce qui permet à Valérie Pécresse (UMP) de creuser son écart avec le PS au premier tour. En termes d'affichage, c'est important. » Mais pas suffisant : « Elle a de gros problèmes de réserves de voix pour le second tour. » L'analyste conclut : « La vraie bataille de Huchon sera au premier tour contre Duflot. Elle sera âpre. » W