Grève à Orly, coupure d’électricité à Roissy

AEROPORTS Conséquence : perturbations et vols annulés…

E.D. avec agence

— 

La compagnie aérienne britannique easyJet a lancé jeudi un vol régulier et quotidien entre l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et Bastia, première liaison régulière vers la Corse d'une low-cost au départ de Paris, estimant ses perspectives "excellentes".
La compagnie aérienne britannique easyJet a lancé jeudi un vol régulier et quotidien entre l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et Bastia, première liaison régulière vers la Corse d'une low-cost au départ de Paris, estimant ses perspectives "excellentes". — Fabrice Coffrini AFP/Archives
Pagaille dans les aéroports parisiens. Plusieurs vols étaient annulés à Orly ce mercredi à la suite d'une grève des employés de Servisair du groupe Derichebourg, chargés des enregistrements, chargements, ravitaillement et du fret de plusieurs compagnies. La compagnie Easyjet est la plus touchée, plusieurs de ses vols à destination de Nice, Rome ou Toulouse, ont été annulés. La compagnie Royal Air Maroc est aussi concernée avec plusieurs retards alors qu'Air Caraïbes a redirigé ses voyageurs sur des vols Air France et Corsair. Le mouvement pourrait se poursuivre ce jeudi, a déclaré le service de presse de l’aéroport à 20minutes.
 
>> Envoyez vos photos et vos vidéos à 333 20 ou en utilisant notre outil en cliquant ici
 
A Roissy-Charles-de-Gaulle, c’est une panne d’électricité qui a plongé les halls A et B du terminal 1 dans le noir pendant deux heures ce mercredi après-midi. En raison des détecteurs de métaux et des rayons X inutilisables, les contrôles ont dû se faire par palpations et des fouilles manuelles. La délivraison des bagages était aussi rendue impossible.
 
Un accident dû à l’électrocution d’un technicien pendant son travail. L’homme est hospitalisé mais sa vie n’est plus en danger. Le courant a été rétabli vers 16h30 et «les choses reviennent peu à peu à la normale», a répondu le service de presse à 20Minutes.

Mouvement social
Les salariés sont en grève pour manifester leur inquiétude quant à l'avenir de leurs emplois après que l'Etat a retiré sa licence à Servisair. «Le 31 octobre, Servisair ferme. Il y a 432 CDI qui ne savent pas ce qu'ils vont devenir», a expliqué à l'AFP Linda Hamraoui, délégué CFDT.