Putsch Vert pour le tramway

Magali Gruet

— 

Méfiez-vous des Verts qui dorment. Renouant avec leurs bonnes vieilles habitudes sous la précédente mandature, à l'époque où ils avaient suffisamment d'élus au Conseil de Paris pour bloquer la majorité, les Verts parisiens s'apprêtent à défier le maire de Paris sur le sujet hautement sensible de la rénovation du stade Jean-Bouin. Ils présenteront, aujourd'hui au Conseil de Paris, une délibération qui propose de récupérer les 200 millions d'euros consacrés à la rénovation du stade de rugby pour les attribuer au prolongement du tramway des Maréchaux, de la porte de la Chapelle (18e) à celle d'Asnières (17e).

Pour l'instant, seuls les travaux de la porte d'Ivry à celle de La Chapelle sont budgétés (voir infographie). Une véritable provocation pour Bertrand Delanoë, très attaché au stade Jean-Bouin. Le maire de Paris soumettra d'ailleurs une délibération contraire au Conseil, proposant le lancement des travaux du stade. Une rébellion des Verts qui n'arrive pas par hasard. Ils ont en effet annoncé qu'ils se présenteraient seuls aux prochaines élections régionales de mars, et comptent d'ici là faire entendre leurs divergences avec le PS. Sylvain Garrel, chef de file des Verts au Conseil, n'y va pas de main morte en invectivant la majorité. « Je ne sais pas si notre délibération va passer. Mais ce qui m'importe, c'est ce que les élus de gauche vont voter, voir s'ils préfèrent un stade dont l'utilité est contestée ou un tramway écologique dans l'un des quartiers les plus pauvres de Paris. » Ambiance. W