Le Stif prêt à contre-attaquer

— 

Jean-Paul Huchon ne décolère pas. Le président du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) a demandé au gouvernement, hier, de « retirer l'amendement » concernant le patrimoine du Stif et de la RATP. Réunis en conseil extraordinaire, les administrateurs (PS, PCF, Verts, MoDem et FN) du Stif ont voté une résolution en sept points, dont un prévoit de mandater une commission d'experts « indépendants » pour auditer les comptes de la RATP. L'objectif est de faire avorter l'amendement voté « en douce » le 21 septembre dernier à l'Assemblée. Cette nuit-là, les députés ont adopté un texte prévoyant que la RATP devienne pleinement propriétaire de certaines infrastructures (stations, voies, garage...) qu'elle partage aujourd'hui avec le Stif. Un manque à gagner de l'ordre de « 8 à 10 milliards d'euros d'actifs », et surtout « un pas vers la privatisation de la RATP ».

Jean-Paul Huchon a, par ailleurs, évoqué la possibilité d'engager « tout recours juridique ». De son côté, le cabinet du secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, « a pris acte » de ce vote, sans toutefois souhaiter le commenter. W

William Molinié