Le gérant d'auto-école disparaît

— 

« Le jour où mon fils devait passer le code début septembre, il a poireauté

pendant une heure et demie pour rien. » A l'instar d'une vingtaine de clients d'une auto-école de Saint-Germain-en-Laye, Denis, sans information pendant plus d'un mois, n'a été averti officiellement de la faillite de l'établissement que dimanche. Sans prévenir, son gérant n'avait jamais rouvert après les vacances d'été, laissant sur le carreau les clients qui avaient déjà payé leurs cours. Une situation « pénalisante », selon la préfecture des Yvelines. Si Denis a perdu 500 eur dans cette affaire, « le plus grave, c'est la situation ubuesque dans laquelle nous sommes maintenant, estime-t-il. On ne peut rien faire, même pas se réinscrire dans une autre agence ! » Car, tant que la cessation de paiement ne sera pas déclarée, les dossiers resteront bloqués. Hier, le tribunal de commerce de Versailles n'avait toujours pas été informé de la faillite. Les apprentis automobilistes devront encore ronger leur frein. W

Pierre Boisselet