l'eau du robinet à l'école des saveurs

Makita Samba

— 

Délaissée au profit des sodas et des eaux minérales, l'eau du robinet est moins en odeur de sainteté chez les jeunes. Pour enrayer la tendance, dix écoles de la presqu'île de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) sont mobilisées autour des professionnels de la Lyonnaise des Eaux pour la deuxième année du concours Graines de goûteurs. Leur objectif : sensibiliser les plus jeunes aux saveurs et au traitement du produit alimentaire le plus contrôlé du pays.

Hier, des élèves de CM2 de l'école Ambroise-Paré à Colombes ont pu goûter puis décrire différents échantillons d'eau. Et « certains sont dégoûtants », affirme Nana, qui coche directement les cases « amère » et « acide ». Invités ensuite à humer diverses préparations, les élèves reconnaissent la rose ou « l'odeur de la piscine » dans la fiole parfumée au chlore. Ils ont, par contre, plus de mal avec les senteurs de cirage ou de terre moisie, même s'il est clair pour Kenza que « ça sentait comme à la cave ».

Tous devront ensuite répéter l'exercice sur Internet en jugeant l'eau de chez eux. « Un bon moyen de les inciter à boire l'eau du robinet et d'avoir un retour de nos consommateurs », explique Nina Konaté de la Lyonnaise des Eaux. Et pour comprendre d'où viennent ces saveurs, les goûteurs visiteront une usine de production à la fin juin. W